BFM Business

Europe-Etat-Unis: divergences sur la relance économique

Jack Lew s'est pris une fin de non-recevoir de la part de Wolfgang Schäuble

Jack Lew s'est pris une fin de non-recevoir de la part de Wolfgang Schäuble - -

Jack Lew, le Secrétaire américain au Trésor, a achevé, mardi 9 avril, une tournée européenne. Il n'a pas réussi à convaincre les dirigeants du Vieux Continent de mettre le cap sur la croissance.

Le Secrétaire américain au Trésor a-t-il fait le voyage pour rien ? Jack Lew était, mardi 9 avril, à Berlin et à Paris. En Allemagne, en particulier, le désaccord était patent avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, notamment lorsque l'Américain a assuré que les pays qui le pouvaient devront participer à la relance de la consommation en Europe.

Dans l'entourage du ministre américain, on considère que cette tournée européenne est un échec. Ces derniers considèrent ainsi que le fossé s'est élargi. Jack Lew était venu en Europe pour prêcher la relance, il n'a pas été entendu. En tout cas, il n'a pas été entendu par les dirigeants avec lesquels il aurait été le plus en phase.

Paris plus proche de Washington que Berlin

La presse américaine a bien noté que Pierre Moscovici était beaucoup plus proche des positions de Washington, mais l'étape de Berlin a jeté un froid du côté américain.

Lorsque Jack Lew explique qu'il faut que ceux qui le peuvent mènent des politiques plus favorables à la relance de la consommation, la réponse de Wolfgang Schäuble est :"nous sommes sur la bonne voie". Sous-entendu: nous n'en changerons pas.

D'habitude les Américains marchent sur des œufs lorsqu'ils viennent en Europe. Le précédent secrétaire au Trésor, Tim Geithner, craignait toujours de s'entendre rappeler que la crise financière était bien partie des Etats-Unis.

Jack Lew, lui, a souligné, sans complexe que si les Etats-Unis avaient un peu plus de croissance, c'est parce qu'ils ont remis de l'ordre dans la finance et pratiqué une politique de relance dont l'Europe pourrait bien s'en inspirer. Il n'a pas vraiment convaincu.

Jean Bernard Cadier et correspondant à New York