BFM Business

Euro fort: la BCE attendue au tournant

La BCE ne devrait pas non plus modifier ses taux , ce jeudi 6 février

La BCE ne devrait pas non plus modifier ses taux , ce jeudi 6 février - -

Les investisseurs vont guetter avec attention les déclarations du président de la BCE, Mario Draghi, sur la hausse de la monnaie unique, ce jeudi 6 février.

L'euro est toujours proche de ses plus hauts d'un an. Les opérateurs font preuve de beaucoup de prudence avant la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), ce jeudi 6 février.

Mario Draghi est très attendu sur ce sujet alors que, mardi, François Hollande a interpellé la BCE sur le niveau atteint par la monnaie européenne.

Et si Mario Draghi a sauvé l'euro, la question est aujourd’hui de savoir s’il peut le faire baisser. Techniquement non, car la BCE n'a pas, comme la Fed (Réserve fédérale américaine), la possibilité de faire gonfler son bilan à l'infini. Et son mandat se limite justement à garantir la stabilité des prix.

Sa seule arme est le taux directeur. Mais Mario Draghi ne le baissera pas aujourd'hui. En tous cas, le président de la BCE n’est pas attendu sur ce point précis.

La cote d'alerte "n'est pas encore atteinte" pour la BCE

En fait, les opérateurs espèrent une inflexion du discours de la BCE, qu'elle sorte un peu de son mandat anti-inflationniste pour s'intéresser à l'économie et aux moyens de doper la croissance.

Mais surtout Mario Draghi a-t-il intérêt à s'exprimer sur ce sujet de l'euro fort ? A priori non. "Pour une raison simple", explique un analyste, "parce que la cote d'alerte n'est pas atteinte".

En dessous de 1,45 dollar, rien ne justifie une action particulière de la BCE. Comme à son habitude, Mario Draghi devrait finalement renvoyer la balle aux Etats membres.

Sidonie Watrigant