BFM Business

278 banques vont rembourser en avance la BCE

La BCE avait accorder pour plus de 1000 milliards d'euros de prêts exceptionnels, en décembre 2011 et février 2012

La BCE avait accorder pour plus de 1000 milliards d'euros de prêts exceptionnels, en décembre 2011 et février 2012 - -

La Banque centrale européenne a annoncé, ce vendredi 25 janvier, que 278 banques comptent lui rembourser par anticipation un total de 137 milliards d’euros. Ces remboursements concernent les deux prêts exceptionnels qu’elle leur avait accordés il y un an.

Les banques de la zone euro vident un peu leurs poches. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé,ce vendredi 25 janvier, que 278 établissements de la zone euro lui ont fait part de leur intention de rembourser par avance, le 30 janvier prochain, environ 137 milliards d’euros, plutôt que d'attendre l'échéance du prêt (décembre 2014).

Il s’agit, plus précisément, de rembourser une partie de la première LTRO (pour "Long Term Refinancing Operation"), un prêt exceptionnel sur trois ans, de 489 milliards d'euros.

La BCE avait, en effet, accordé pour plus de 1000 milliards d’euros de crédit aux banques de l’union monétaire, via deux opérations de ce type, en décembre 2011 et février 2012.

Les banques pourront chaque semaine, effectuer des remboursements anticipés sur le premier de ces deux prêts. Pour le deuxième, il leur faudra attendre le 27 février.

Ce chiffre de 137,2 milliards d’euros a surpris les analystes qui tablaient plutôt sur des remboursements totaux de 100 milliards d’euros. Ce qui est un signe légèrement rassurant. Ces remboursements signifient, en effet, que les établissements de la zone euro ont suffisamment de liquidités disponibles pour commencer à payer leurs dettes à la BCE.

Excès de liquidités

En fait, les banques les plus solides de la zone euro ont même trop d’argent frais. Faute de reprise économique et de rebond de la demande de crédit, elles n’ont pas eu d’autre choix que de mettre de côté cet argent, en les déposant à la BCE. Des dépôts qui ne sont tout simplement pas rémunérés (un taux de 0%).

"Les banques des pays solides en particulier ont intérêt à rembourser rapidement car chaque jour de plus de réserves en excès leur est coûteux", ont ainsi estimé Benjamin Schröder et Peggy Jäger, économistes chez Commerzbank.

La zone euro connaît donc un excédent de liquidité.Ce n’était pas réellement le cas lorsque la BCE avait décidé de lancer les deux LTRO, il y a un an. Elle cherchait alors à approvisionner les banques en liquidités pour sécuriser le financement de l’économie réelle. Les craintes de l’institution européenne étaient justifiées par crise de l’euro qui secouait le Vieux Continent. Ces mesures avaient ainsi permis, selon le président de la BCE, Mario Draghi, d’éviter "un asséchement majeur du crédit".

Depuis, cette crise s’est partiellement résorbée. Mario Draghi a ainsi plusieurs fois souligné, lors des dernières conférences mensuelles de la BCE, le retour de la confiance sur les marchés financiers.

Julien Marion et AFP