BFM Business

État d'urgence: Macron va répondre aux questions des entreprises

Circulation dans Paris bloquée, temps d'attente trop longs aux frontières pour les transporteurs… Deux cellules ont été mises en place pour aider des entreprises qui se posent beaucoup de questions.

Nouvelles réunions, ce 2 décembre, à Bercy des deux cellules mises en place depuis les attentats. Emmanuel Macron reçoit ce matin les organisations patronales et cet après-midi les fédérations professionnels (habillement, hôtellerie, restauration...).

Pourquoi un tel branle-bas de combat? Pour aider les entreprises à appréhender l'état d'urgence. À titre d'exemple, les responsables patronaux racontent ce qui s'est passé dans le cadre de la COP21. Le préfet de Paris avait prévu un embargo total: plus de camions dans Paris de dimanche 20h00 à lundi 22h00. Très vite, les fédérations de transporteurs tirent le signal d'alarme. Impossible dans ce cas d'approvisionner les maisons de retraite ou encore la prison de la Santé par exemple. Toutes les institutions de plus de 1.000 personnes seront privées de repas pendant 24 heures. Le préfet rectifie le tir et les camions peuvent prendre la route.

Consulter tout le monde

C'est précisément pour éviter ce type de situation qu'il faut consulter tout le monde, pour avoir un maximum de remontées. Autre exemple, les contrôles aux frontières. Les temps d'attente sont doublés voire triplés pour les transporteurs. Emmanuel Macron doit trouver un moyen d'accélérer les procédures.

De plus, ces contrôles ont été perçus, par certains touristes, comme une fermeture pure et simple de nos frontières. Comment mieux les informer? Dans le cadre d'un état d'urgence amené à se prolonger, les réponses à ces questions vont devenir indispensables.

Caroline Morisseau