BFM Business

Eric Woerth au Travail, un gestionnaire pour les retraites

Eric Woerth est passé lundi du ministère du Budget à celui du Travail, un poste à haut risque d'où il devra piloter la réforme des retraites sur laquelle Nicolas Sarkozy a annoncé un texte pour l'été prochain. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults

Eric Woerth est passé lundi du ministère du Budget à celui du Travail, un poste à haut risque d'où il devra piloter la réforme des retraites sur laquelle Nicolas Sarkozy a annoncé un texte pour l'été prochain. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults - -

PARIS - Eric Woerth est passé lundi du ministère du Budget à celui du Travail, un poste à haut risque d'où il devra piloter la réforme des retraites...

PARIS (Reuters) - Eric Woerth est passé lundi du ministère du Budget à celui du Travail, un poste à haut risque d'où il devra piloter la réforme des retraites sur laquelle Nicolas Sarkozy a annoncé un texte pour l'été prochain.

Entre les deux tours des élections régionales, qui se sont soldées dimanche par une déroute pour la droite, il avait estimé que seul le rythme des réformes était discutable.

"Le pays, il ne peut pas perdre du temps: quand on perd du temps, on perd des emplois", avait-il déclaré alors que des voix s'élevaient au sein de la majorité pour reporter, entre autres, le chantier des retraites.

Dans l'optique de cette réforme, dont Nicolas Sarkozy a fait une priorité pour l'année 2010, Eric Woerth conserve le portefeuille de la Fonction publique, avec un proche de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin au poste de secrétaire d'Etat sur ce dossier en la personne de Georges Tron.

A 54 ans, Eric Woerth, fils de médecin et ancien trésorier de l'UMP, a gagné ses galons en orchestrant, aux côtés de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, la réponse française face à la crise financière.

Au Budget, il s'était fait l'apôtre de la rigueur budgétaire, faisant de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) son principal cheval de bataille, sans toutefois parvenir à juguler la dérive des comptes publics depuis le début du quinquennat.

Chargé de mettre en musique les déclarations de Nicolas Sarkozy contre les paradis fiscaux, il avait affronté les foudres médiatico-diplomatiques de la Suisse en décembre dernier.

HOMME DE CONFIANCE DE SARKOZY

Il avait alors assuré que Paris allait utiliser une liste de contribuables français soupçonnés de frauder le fisc, obtenue selon Berne de manière illégale.

"Juppéo-chiraquien" autoproclamé, Eric Woerth s'est rapproché de Nicolas Sarkozy après son accession au poste de trésorier national du parti du futur président, en 2002.

Homme de confiance du président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, qui n'aimait pas entendre parler d'argent pendant la campagne, il devait notamment assurer les négociations financières, faire appel aux donateurs et rappeler aux parlementaires qu'ils doivent verser à l'UMP une partie de leur indemnité.

Ancien directeur financier et administratif du RPR à partir de 1993 et ex-conseiller à Matignon d'Alain Juppé après 1995, Eric Woerth est un intime de l'ancien Premier ministre.

Un inconditionnel de Jacques Chirac, aussi. En 2002, il fonde le Club de la Boussole, qui rassemblait alors une quarantaine de députés UMP "réformistes" ayant juré fidélité à l'ancien président, puis à Dominique de Villepin.

Né à Creil, Eric Woerth est maire de Chantilly depuis 1995 et député de l'Oise depuis 2001. Diplômé de HEC et de Sciences-Po Paris, il a fait carrière dans le conseil en marge de son parcours politique, chez Arthur Andersen et Pechiney notamment.

Homme de chiffres, Eric Woerth a aussi le souci de la pédagogie, une qualité vitale pour déminer la réforme des retraites à venir auprès des partenaires sociaux.

Lorsqu'il était secrétaire d'État au Budget, il a fait publier un livre intitulé "Le Petit Décodeur", guide en 3.000 mots du jargon administratif destiné aux usagers et aux fonctionnaires.

"Améliorer la compréhension de l'État, c'est l'ouvrir aux citoyens", avait-il alors expliqué.

Ce passionné d'alpinisme, père de deux enfants, aime aussi écrire. Il a publié un essai sur le duc d'Aumale, richissime prince collectionneur qui fit entrer des pièces exceptionnelles au château de Chantilly.

Service France, édité par Yves Clarisse