BFM Business

Déficit: Sapin nie avoir demandé un délai à Bruxelles

Michel Sapin dément avoir changé de position après que Bruxelles a refusé un nouveau délai à la France pour réduire son déficit.

Michel Sapin dément avoir changé de position après que Bruxelles a refusé un nouveau délai à la France pour réduire son déficit. - -

Le ministre des Finances a démenti, ce mardi 15 avril, les informations de presse selon lesquelles il aurait réclamé un nouveau délai pour réduire son déficit à l'Europe, qui lui aurait opposé une fin de non-recevoir.

La France n'a pas demandé de délai supplémentaire pour réduire son déficit à 3% de son PIB, assure Michel Sapin ce 15 avril. "J'ai toujours dit que je n'ai pas cherché de délai", a affirmé le ministre des Finances et des Comptes publics.

Il a encore réaffirmé l'objectif de fin 2015 auquel il s'était engagé à son arrivée jeudi à Washington pour une série de réunions du G7, du G20, du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

Il avait lui-même annoncé avant son départ qu'il voulait "discuter" avec la Commission européenne du "rythme" de la réduction des déficits français. Une déclaration qui avait été interprétée comme un renoncement au retour aux 3%. La France avait déjà bénéficié de deux reports pour atteindre ce seuil l'an prochain.

Des informations de presse "inexactes"

Le ministre a démenti que ses déclarations de Washington soient un revirement motivé par une fin de non-recevoir de Bruxelles, comme l'affirme mardi la presse.

Philippe Léglise-Costa, nouveau secrétaire général aux Affaires européennes, et Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l'Élysée, auraient été "mal reçus" jeudi par des responsables de la commission à Bruxelles au sujet des engagements de la France vis-à-vis de ses partenaires sur le déficit public, rapporte mardi le Figaro.

"Lorsque j'ai dit 3% en 2015 c'était en descendant de l'avion jeudi: que les choses soient remises en ordre", a déclaré à l'AFP Michel Sapin, voulant signifier ainsi que cette information était "inexacte".

N.G. avec AFP