BFM Business

Déficit: Bruxelles ne croit toujours pas aux promesses françaises

La France prévoit toujours de faire passer son déficit en-dessous de 3% du PIB en 2017.

La France prévoit toujours de faire passer son déficit en-dessous de 3% du PIB en 2017. - Stéphane de Sakutin - AFP

La Commission européenne estime que Paris ne tiendra pas son objectif de faire passer son déficit public sous la barre des 3% en 2017. En cause: une croissance des recettes fiscales trop faible.

La Commission européenne reste sceptique sur la capacité de la France à ramener son déficit public sous la barre des 3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017. Bruxelles table en effet sur 3,2% après 3,4% cette année, selon ses prévisions économiques d'hiver publiées jeudi.

Cette anticipation d'un déficit à 3,2% est légèrement plus favorable que le 3,3% qui était envisagé dans les dernières prévisions de l'exécutif européen publiées début novembre. Mais ce dernier continue de penser que la France ne respectera pas son objectif, en raison d'une croissance des recettes fiscales trop faible pour compenser la dépense publique.

La croissance des recettes devrait ainsi s'accélérer mais à "seulement 2,3%" l'an prochain, après +1,9% en 2016, "les réductions d'impôts pour les entreprises prévues dans le cadre du Pacte de responsabilité n'étant pas pleinement compensées", est-il souligné dans un communiqué.

En outre, les dépenses de l'État et des soins de santé "devraient évoluer conformément aux tendances récentes", est-il ajouté.

Une croissance plus faible qu'attendu?

Paris s'est engagé à ramener le déficit public de 3,7% du PIB en 2015 à 3,3% cette année, avant de repasser en 2017, année des élections présidentielle et législatives, sous la barre symbolique des 3% du PIB, fixée par le "pacte de stabilité" européen. Consciente que Paris ne ramènerait pas son déficit sous 3% en 2015, la Commission lui avait accordé un délai de deux ans pour s'exécuter.

Côté croissance, l'exécutif européen continue de tabler sur une progression du PIB de la France de +1,7% en 2017 (Paris n'a pas exprimé de prévision, ndlr), mais réduit légèrement, à 1,3% contre 1,4% auparavant, sa prévision pour cette année.

Le gouvernement français vise, de son côté, 1,5% de croissance en 2016, après 1,1% en 2015.

Y.D. avec AFP