BFM Business

Crise du coronavirus: deux tiers des Français craignent de perdre leur emploi

Le nouveau baromètre de l'institut d'études Odoxa, réalisé pour BFM Business, Aviva et Challenges, présente un tableau sombre du moral économique des Français.

18 points de recul en avril, le moral économique des Français s'effondre selon les derniers résultats du baromètre mensuel de l'institut d'études Odoxa réalisé pour BFM Business, Aviva et Challenges.

Une dégradation record et un mouvement massif : 82% des Français sont désormais inquiets pour l'avenir. L'indice sombre donc ce mois-ci à -64, un plus bas depuis décembre 2018 en plein mouvement des gilets jaunes, un niveau proche aussi des crises de 2011 et de 2008.

Les perspectives à plus long terme - pour l'ensemble de l'année - ne sont pas meilleures loin de là. Plus de 9 Français sur 10 estiment que 2020 sera une année de difficultés économiques. C'est un raz de marée, ils n'étaient qu'un sur 2 à le penser en janvier.

Inquiétudes sur l'emploi

Des Français de plus en plus inquiets pour l'avenir économique du pays certes, mais également pour leur propre emploi, ils sont 66% dans ce cas, c'est inédit. Une proportion qui atteint 78% chez les chefs d'entreprises et les indépendants. 

"Même si les Français sont souvent assez inquiets pour leur emploi, ce niveau est tout à fait exceptionnel: ainsi, il y a deux ans, en avril 2018, « seulement » un Français sur deux se disait inquiet pour son emploi. On observe donc un bond de 16 points de l’inquiétude par rapport à cette époque pas si lointaine", expliquent les auteurs.

Pas question de consommer

Et pour se rassurer pas question de consommer, les Français envisagent encore et toujours d'épargner. La moitié d'entre eux (53%) savent déjà qu'ils le feront davantage, illustration de "l'impact majeur" de l'épidémie de coronavirus sur les Français note l'étude. Nouveauté: les placements à risques semblent plus attirer: 9% des Français et 13% des CSP+. 17% déclarent néanmoins qu'ils consommeront d'avantage.

Et de poursuivre: "les Français sont inquiets pour leur emploi personnel, pour leur santé personnelle. C’est donc sans surprise que nos concitoyens, qui avaient déjà un des taux d’épargne parmi les plus élevés des pays occidentaux, pensent aujourd’hui encore plus à épargner".

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1005 Français interrogés par Internet les 24 et 25 mars 2020.

Audrey Maubert et Olivier Chicheportiche