BFM Business

Coronavirus: Cédric O annonce des mesures spécifiques pour aider les start-up

Le secrétaire d'Etat au numérique a annoncé sur BFM Business la possibilité pour les start-up de ne pas passer par le comité d'entreprise avant d'activer le chômage partiel.

Après les annonces de Bercy pour aider les entreprises à résister à l'épidémie de coronavirus, Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique a détaillé, ce mardi sur BFM Business, les mesures dédiées au secteur du numérique et spécifiquement aux start-up, intrinsèquement fragilisées par cette situation de crise.

"Ce que nous faisons, c'est adapter ces mesures au secteur des start-up. Je prends un exemple: sur le chômage partiel, on sait que les start-up grossissent extrêmement vite, certaines d'entre elles n'ont pas encore de comité d'entreprise. Or jusqu'à aujourd'hui, on avait besoin d'un accord du comité d'entreprise pour passer en chômage partiel. On va traiter ce problème là et faire en sorte que celles qui n'ont pas encore mis de comité d'entreprise en place puissent aussi avoir accès au chômage partiel", a détaillé le secrétaire d'Etat. 

Pas d'inquiétude systémique

Concernant la question sensible de la trésorerie de ces entreprises, Cédric O précise: "elles ont un avantage, elles sont financées sur fonds privés. Donc elles n'ont pas la pression de la Bourse et en même temps elles brûlent beaucoup de cash très vite. Il faut qu'on ait des mesures sur les trésoreries. La BPI (banque publique d'investissement, NDLR) va évidemment accorder une attention particulière aux start-up, aux trésoreries, aux garanties sur les prêts bancaires".

Pour autant, le secrétaire d'Etat souligne qu'à ce stade il n'y pas d'"inquiétude systémique" concernant le secteur, à la différence du tourisme ou de l'événementiel qui sont très touchés. Mais "on fera ce qui faudra" ajoute le responsable.

L'accent va également être mis sur la communication car le "créateur de start-up est assez loin de l'information". Le secrétaire d'Etat a ainsi mobilisé les principales associations professionnelles pour qu'elles relaient ces mesures "et mettent en place des sessions de rendez-vous particuliers à Frech Tech Central (Station F). On va surtout mettre en place chaque semaine des points de questions/réponses en chat et en live sur Internet avec la French Tech et les administrations" notamment fiscales "pour faire en sorte que les créateurs de start-up, qui sont parfois un peu loin de la puissance publique, puissent poser leurs questions et avoir toutes les réponses".

Un appel à la tech pour proposer des solutions

Enfin, l'éco-système du numérique peut également représenter une réponse à la crise sanitaire avec les outils de collaboration, travail à distance. Certains acteurs proposent même ces outils gratuitement. "Je lance aujourd'hui un appel à toutes ces entreprises de la tech, écrivez-nous, signalez-nous l'ensemble des solutions que vous êtes prêts à mettre à disposition des entreprises, des administrations, des citoyens (...) et nous on les mettra en avant et on en fera quelque part la publicité pour montrer que la tech se mobilise".

Olivier Chicheportiche