BFM Business

Contrôle des chômeurs: "ce n'est pas de la surveillance"

Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, était invité chez RMC-BFMTV ce jeudi 21 mai. Il est notamment revenu sur le sujet polémique du contrôle des chômeurs.

Accompagnement des chômeurs, aide de 300 euros pour les chômeurs seniors ou encore la fin du CV anonyme obligatoire, François Rebsamen a du pain sur la planche en ce moment. Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, invité chez RMC-BFMTV ce jeudi 21 mai, est revenu sur ces différents sujets.

Le contrôle des chômeurs par Pôle emploi

Le Conseil d'administration de Pôle emploi a approuvé, mercredi 20 mai, la généralisation des équipes de contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs, un dispositif polémique déjà expérimenté dans trois régions qui sera déployé sur tout le territoire à partir d'août. 200 salariés de Pôle emploi vont donc accompagner ces chômeurs de longue durée.

"En France, un million de personnes sont en situation de chômage longue durée, explique François Rebsamen. Le but de Pôle emploi est de faire en sorte que ces personnes ne s'enkystent pas dans ce chômage de longue durée".

Les détracteurs de cette méthode dénoncent un flicage des chômeurs. "Ce n'est pas une surveillance, c'est un accompagnement", leur répond le ministre. Le ministre est également accusé de profiter de cette méthode – en radiant les chômeurs - pour faire baisser les chiffres du chômage. "C'est un procès d'intention. Si un chômeur est radié, il peut se réinscrire 15 jours après. Ça ne change donc rien aux chiffres".

Par ailleurs, sur la question, récurrente, de la réduction de la durée d'indemnisation ou le plafonnement du montant des indemnités chômage, François Rebsamen a seulement répondu qu'il attendait que les partenaires sociaux lui fassent des propositions.

L'aide de 300 euros pour les chômeurs seniors

Le ministre du Travail a annoncé, mercredi 20 mai, la création d'une prime mensuelle de 300 euros par mois pour les chômeurs de plus de 60 ans bénéficiaires de l'allocation spécifique de solidarité (ASS) ou du RSA socle (revenu de solidarité active) qui ont toutes leurs annuités.

"Il y a 40.000 personnes. Cela va donc représenter un coût de 150 millions", a-t-il précisé sur RMC-BFMTV. Et il a ajouté que les aides seront versées très prochainement, "avant l'été".

Les 35 heures à l'hôpital

"Favorisons le dialogue social", a simplement déclaré le ministre. Le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch avait affirmé le 17 mai qu'il ne voulait "pas un hôpital sans RTT" et ferait des propositions "équilibrées" en ce sens, à quatre jours d'une grève appelée par les syndicats contre son projet de réforme des 35 heures.

"L'hôpital est passé aux 35 heures sans changer son organisation. On a gardé les mêmes horaires en se disant qu'on verrait bien... Cela a tenu dix ans, cela ne tient plus du tout. Du coup, on traite les problèmes avec quinze ans de retard et de rancoeurs accumulées", déclarait Martin Hirsch.

La fin du CV anonyme obligatoire

"Je ne veux pas mettre fin au CV anonyme, je vais mettre fin au côté obligatoire", a précisé le ministre. Jamais appliquée, la loi de 2006 généralisant le CV anonyme dans les entreprises de plus de 50 salariés va être abrogée. Cette abrogation a été ajoutée à son projet de loi sur le dialogue social en entreprise, dont l'examen en commission à l'Assemblée nationale a débuté mardi 19 mai.

Pourtant, le ministre du travail a signé la motion Cambadélis qui est pour cette obligation. "J'ai signé cette motion car 99% de son contenu me convient. Pas cette partie-là".

Fusion CSG-impôt sur le revenu

"L'idée du gouvernement est de fusionner les deux", explique le ministre. Le gouvernement doit, en effet, commencer par harmoniser les types de prélèvements. "La deuxième étape sera de fusionner les deux et de rendre la CSG progressive". Mais, il précise: "c'est très compliqué". Alors à la question de savoir si ça sera effectif avant 2017, il ne peut que répondre "je ne sais pas".

D.L.