BFM Business

Contrat de 3 milliards de dollars entre la France et l'Arabie saoudite

François Hollande et Salmane Ben Abdel Aziz sont en passe de signer l'accord.

François Hollande et Salmane Ben Abdel Aziz sont en passe de signer l'accord. - Philippe Wokajer - AFP

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz, a été reçu par François Hollande ce 1er septembre. Un contrat de livraison d'armes au Liban est en passe d'être signé.

La visite du prince héritier d'Arabie saoudite n'aura pas été vaine. Un contrat franco-saoudien de livraison d'armes au Liban d'un montant de trois milliards de dollars est en voie de "finalisation", a indiqué l'Elysée où le président François Hollande a reçu ce lundi 1er septembre le prince Salmane Ben Abdel Aziz.

"Le contrat est acquis, il manque juste quelques éléments techniques pour le bouclage. Il ne sera pas signé ce (lundi) soir mais il est en finalisation", a-t-on indiqué dans l'entourage du chef de l'Etat.

Pays "magnifique et en même temps vulnérable", le Liban a "besoin lui aussi de sécurité au moment où il accueille des milliers de réfugiés", a déclaré François Hollande, lors d'un diner officiel en l'honneur de son hôte auxquels avaient été conviés quelques 200 invités. "Alors nous avons convenu ensemble, l'Arabie saoudite et la France, d'aider le Liban à la condition aussi qu'il s'aide lui-même, pour sa propre sécurité", a-t-il ajouté, sans citer expressément ce contrat.

Salmane Ben Abdel Aziz, 78 ans, demi-frère du roi Abdallah, est arrivé ce lundi à Paris pour une visite de trois jours, selon l'ambassade saoudienne. Outre les crises régionales en cours et d'autres sujets de nature politique, la coopération en matière de défense sera abordée pendant ce voyage.

Développer les investissements

Vendredi, le président français avait reçu le prince saoudien Al-Walid ben Talal ben Abdel Aziz, neveu du roi Abdallah, venu évoquer le développement des investissements entre la France et le Royaume.

Selon des sources diplomatiques, parmi les autres rencontres prévues pour le prince héritier à Paris, figure un entretien mercredi avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. L'Irak et la lutte contre l'État islamique, mais aussi la Syrie et le Liban, devraient être au centre des discussions, ont ajouté ces sources.

Cité samedi par des médias saoudiens, le roi Abdallah a prévenu les pays occidentaux qu'en l'absence d'une réaction "rapide", ils seraient la prochaine cible de la menace jihadiste.

La visite du prince héritier survient par ailleurs deux semaines après l'attaque spectaculaire, le 17 août à Paris, du convoi d'un prince saoudien, Abdel Aziz Ben Fahd, dernier des fils du roi Fahd mort en 2005. Plus de 250.000 euros avaient été déclarés volés au détriment du prince de 41 ans, ministre déchu multimillionnaire à la réputation de noceur.

D. L. avec AFP