BFM Business

Construction de logements en Ile-de-France: liste des sites en septembre

Manuel Valls propose des solutions pour résorber la crise du logement dans la région capitale.

Manuel Valls propose des solutions pour résorber la crise du logement dans la région capitale. - Loic Venance - AFP

70.000 logements par an doivent être construits en Ile-de-France. Mais Manuel Valls veut laisser le temps "à la concertation" avec les élus.

Manuel Valls veut donner un peu de temps. Le Premier ministre a annoncé ce mardi 14 avril devant l'Association des maires d'Ile-de-France (AMIF) que le choix des sites retenus pour de grandes opérations de construction de logements en Ile-de-France interviendrait "en septembre".

Pour résorber la crise du logement dans la région capitale, le gouvernement envisage d'utiliser l'outil d'une Opération d'intérêt national (OIN) multi-sites, ce qui a suscité de vives inquiétudes chez les élus redoutant un interventionnisme trop fort de l'Etat.

Alors que l'objectif de construction inscrit dans la loi sur le Grand Paris est de 70.000 logements par an, la production aurait été plutôt de 40.000 par an, même si l'Insee est en train d'affiner à la hausse ces estimations. Le Premier ministre, qui veut "accélérer" ce mouvement, s'est réjoui de la mise en chantier de "56.300 logements en 2014". Ce projet d'OIN "a suscité beaucoup de craintes, il faut les lever et c'est le rôle de l'Etat", a admis Manuel Valls, tout en mettant en garde les maires de communes où "le potentiel est là" mais où il y a des "résistances injustifiées", selon lui.

"Ne précipitons pas les décisions"

Il a rappelé que les "premiers sites adaptés (à l'OIN) ont été identifiés" mais qu'il fallait "à présent passer à la phase de concertation avec les élus". Ainsi, "ne précipitons pas les décisions", a insisté Manuel Valls. "Nous verrons, en septembre, pour chaque site, ce que l'Etat peut faire pour apporter son soutien. Nous verrons quels seront les sites retenus pour faire partie de l'OIN multi-sites et ceux qui nécessiteront d'autres modes d'intervention", a-t-il ajouté.

Manuel Valls est revenu sur deux exemples emblématiques. D'abord, les franges du Parc Georges Valbon, à la Courneuve (Seine-Saint-Denis), qualifié souvent de "Central Park" à la francilienne. Le défi, a reconnu le Premier ministre, est "de taille : faire entrer le parc classé Natura 2000 dans la ville". Il a confié à l'Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) la "mission" de faire "travailler ensemble tous les acteurs du territoire". L'autre exemple mis en exergue concerne son département d'élection, l'Essonne, et ce qui pourrait devenir "les Portes du sud du Grand Paris".

"Ce site, entre le Val d'Orge et la Vallée de la Seine, a un potentiel exceptionnel avec la reconversion de l'ancienne base aérienne et le futur Grand Stade de rugby", a-t-il expliqué. "L'Etat accompagnera l'élaboration d'un pacte territorial (collectivités locales, acteurs socio-économiques)" pour "assurer un équilibre entre activités économiques nouvelles et production diversifiée de logements", a-t-il précisé.

D. L. avec AFP