BFM Business

Comptes du FN: les conclusions de la Banque de France livrées lundi

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a saisi la Banque de France à propos des comptes bancaires du Front nationale, clos par la Société Générale. (image d'illustration)

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a saisi la Banque de France à propos des comptes bancaires du Front nationale, clos par la Société Générale. (image d'illustration) - Joël Saget - AFP

La Banque de France, saisie par le ministre de l'Économie à propos des comptes du Front national clos par le groupe Société Générale, rendra ses conclusions en début de semaine.

Interrogé dans l'émission "On n'arrête pas l'éco" sur France Inter, Bruno Le Maire a précisé attendre les conclusions du gouverneur lundi 27 novembre, alors que Société Générale a clos six comptes du parti frontiste ainsi que les comptes d'une quinzaine de fédérations.

"Mon rôle de ministre de l'Économie et des Finances est de vérifier que la loi a été respectée. Donc j'ai saisi la Banque de France. Le gouverneur me rendra des conclusions lundi, parce que c'est à lui de donner des conclusions sur les décisions qui ont été prises par ces banques. Et je suis convaincu que la légalité a été respectée et qu'il y avait de bonnes raisons de la part de ces banques de prendre ces décisions", a déclaré le ministre.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait dénoncé mercredi une "fatwa bancaire" à l'encontre de son parti et annoncé le dépôt d'une plainte pour "discrimination" contre la Société Générale qui lui a demandé de clôturer ses comptes, tandis qu'elle-même portera plainte contre HSBC dont elle s'est dite "chassée". Dans un courrier daté du 27 juillet, rendu public par l'ex-candidate à la présidentielle, la Société Générale indiquait n'avoir "plus convenance à maintenir la relation de comptes" avec le FN.

Le groupe bancaire défend une décision de nature "exclusivement bancaire" et "donc sans aucune considération politique". "Si la Société Générale ferme les comptes du Front national, c'est qu'elle a de bonnes raisons de le faire. Je fais confiance aux institutions bancaires françaises", a ajouté Bruno Le Maire.

A.M. avec AFP