BFM Business

Commission européenne: Moscovici en campagne

Pierre Moscovici brigue le portefeuille des Affaires économiques et monétaires à la Commission européenne.

Pierre Moscovici brigue le portefeuille des Affaires économiques et monétaires à la Commission européenne. - -

L'ancien ministre de l'Economie brigue un poste de commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires. Devant un évident scepticisme outre-Rhin, il en a appelé à l'amitié franco-allemande, ce lundi 4 août.

Pierre Moscovici est en campagne pour obtenir un poste influent au sein de la Commission Européenne. Dans le viseur du candidat désigné par la France: les Affaires économiques et monétaires. Ce portefeuille donne au commissaire le pouvoir de controler le Pacte de stabilité. Problème: les Allemands tentent de lui barrer la route. Ils ne veulent pas d'un Français à un tel poste.

L'ancien locataire de Bercy aurait ainsi rendu l'euro "aussi mou que du Brie Français", pouvait-on lire le week-end dernier dans le quotidien populaire Bild. Un député allemand influent ne mâche pas ses mots. Pour lui, "donner à un Français le role de gardien du pacte de stabilité, reviendrait à chasser le diable avec Belzebuth". Bref, en Allemagne, la candidature de Pierre Moscovici aux Affaires economiques ne passe pas du tout, surtout chez les conservateurs de la CDU.

Vers un solution alternative?

"La réconciliation franco-allemande doit être une discipline", a-t-il déclaré ce lundi, en s'appuyant sur la commémoration du centenaire de la Grande guerre. Il faut sortir des clichés, argumente-t-il, "il n'y a pas d'un côté des Français laxistes et de l'autre côté des Allemands rigoureux.

Il rappelle que les délais qu'il a négocié à Bruxelles pour retarder la réduction du déficit de la France, étaient pris en concertation avec son ami et ancien homologue allemand Wolfgang Schauble.

En France, on sait qu'il sera difficile d'obtenir un poste qui a dans son perimètre la discipline budgétaire. Une alternative, en cours de négociation avec Jean-Claude Juncker, serait de créer un portefeuille sur mesure de commissaire en charge de la relance en Europe. C'est peut-être le sens de la demande de François Hollande qui, selon Le Monde, a dit souhaiter que Pierre Moscovici accède à un "grand portefeuille économique".

Mathieu Jolivet