BFM Business

Comment vos élus régionaux ont dépensé votre argent

L'UMP espère prendre la région Ile-de-France au PS en décembre

L'UMP espère prendre la région Ile-de-France au PS en décembre - Edouard de Mareschal-AFP

Le 1er janvier prochain, au lendemain des élections régionales, l'Hexagone ne comptera plus que 13 régions au lieu de 22. Mais comment les élus franciliens et provinciaux ont-ils géré leurs collectivités? Voici les chiffres.

Les élections régionales n'auront lieu qu'en décembre. Mais en Ile-de-France, le combat fait déjà rage entre Claude Bartolone qui défendra les couleurs du PS et l'ancienne ministre UMP Valérie Pecresse qui va tenter de prendre la région à la gauche, ce qu'elle avait raté la dernière fois. 

Ces élections seront les premières à se dérouler dans le cadre de la nouvelle organisation territoriale qui a ramené de 22 à 13 le nombre de régions métropolitaines. Si l'Ile-de-France, la Bretagne ou Provence-Alpes-Côte d'Azur garderont leurs frontières actuelles, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ne feront plus qu'un, de même que le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, ou encore les deux Normandie. 

Ces nouvelles régions disposeront de compétences élargies au terme de la loi NOTRe, qui revient au Sénat ce mardi après avoir été votée par l'Assemblée. Tout en gardant leurs compétences en matière de lycées, de formation professionnelle ou de développement économique, les élus régionaux récupéreront les transports scolaires actuellement gérés par les départements. Et ils pourront, s'ils le souhaitent, coordonner les politiques de l'emploi dans leur région.

30 milliards de dépenses par an

Les élus sortants ont géré chaque année près de 30 milliards d'euros de budget sur les 230 milliards de dépenses locales annuelles. Preuve que les régions pesaient jusqu'à présent peu comparées aux départements (70 milliards de budget) et surtout aux communes et intercommunalités (130 milliards). 

Mais les régions n'ont pas toutes utilisé leur budget de la même façon, comme le prouvent les données 2014 mises en ligne sur le site de la Direction générale des collectivités locales du ministère de l'Intérieur. Dépenses de fonctionnement, d'investissement, encours de la dette, poids de la fiscalité, prix des cartes grises: comparez les chiffres ! 

> Dépenses de fonctionnement : du simple au double

Pays de la Loire: 217,4 euros

Aquitaine: 226,6

Ile-de-France: 229,3

Bretagne: 230,9

Languedoc-Roussillon: 237,7

Midi-Pyrénées: 239,5

Poitou-Charentes: 247,9

Centre: 259,1

Rhône-Alpes: 266,5

Alsace: 267,4

Moyenne métropole: 268,6

Haute-Normandie: 277,3

Lorraine: 280,2

Franche-Comté: 288,5

Basse-Normandie: 288,7

Auvergne: 297,1

Bourgogne: 298,9

Nord-Pas-de-Calais: 304,9

Provence-Alpes-Côte d'Azur: 308,7

Champagne-Ardenne: 320,4

Picardie: 330,4

Limousin: 408,8

Dépenses réelles de fonctionnement/population, en euros par habitant.

> Dépenses d'investissement: les Alsaciens, un peu allemands

Alsace: 20,9 euros

Centre: 26,2

Lorraine: 27,4

Poitou-Charentes: 27,8

Rhône-Alpes: 29

Bretagne: 33,2

Paca: 35,6

Ile-de-France: 36,8

Champagne-Ardenne: 39,3

Bourgogne: 40,5

Picardie: 44,3

Basse-Normandie: 49,8

Pays de la Loire: 39,6

Midi-Pyrénées: 39,8

Moyenne métropole: 41,7

Picardie: 44,3

Franche-Comté: 45,3

Limousin: 49,6

Haute-Normandie: 51,9

Aquitaine 55,8

Nord-Pas-de-Calais: 56,9

Auvergne: 57,9

Languedoc-Roussillon: 73,1

Dépenses d'équipement brut/population, en euros par habitant.

> Dette: le grand écart

Midi-Pyrénées: 90 euros

Haute-Normandie: 126,5

Bretagne: 130,8

Franche-Comté: 159,6

Aquitaine: 171,6

Poitou-Charentes: 180,2

Centre: 216,1

Basse-Normandie: 220,4

Rhône-Alpes: 260,3

Picardie: 274,7

Champagne-Ardenne: 299,9

Moyenne métropole: 303,3

Bourgogne: 307,7

Pays de la Loire: 309,4

Limousin: 321

Languedoc-Roussillon: 336,9

Auvergne: 370,9

Lorraine: 377,3

Paca: 382

Ile-de-France: 396,8

Alsace: 413,4 

Nord-Pas-de-Calais: 478,4

Encours de la dette/population, en euros par habitant 

> Recettes fiscales: le Limousin fait très fort

Pays-de-la Loire: 166 euros

Languedoc-Roussillon: 171

Midi-Pyrénées: 173

Poitou-Charentes: 174

Alsace: 177

France-Comté: 182

Bretagne: 185

Aquitaine: 186

Rhône-Alpes: 191

Centre: 194

Moyenne métropole: 194

Auvergne: 197

Ile-de-France: 197

Champagne-Ardenne: 199

Lorraine: 199

Paca: 200

Nord-Pas-de-Calais: 203

Picardie: 204

Bourgogne: 205

Basse-Normandie: 212

Haute-Normandie: 219

Limousin: 233

Impôts et taxes (hors cartes grises et taxe sur les carburants), en euros par habitants. 

> Carte grise: la Picardie la moins chère

Picardie: 33 euros

Midi-Pyrénées: 34

Basse-Normandie: 35

Haute-Normandie: 35

Champagne-Ardenne: 35

Aquitaine: 36 

Franche-Comté: 36

Alsace: 36,5

Poitou-Charentes: 41,8

Limousin: 42

Centre: 42,5

Rhône-Alpes: 43

Languedoc-Roussillon: 44

Lorraine: 45

Auvergne: 45

Nord-Pas-de-Calais: 45

Bretagne: 46

Ile-de-France: 46,2

Pays de la Loire: 48

Bourgogne: 51

Paca: 51,2

Prix en euros par cheval de cylindrée. 

Méthodologie: les chiffres et les ratios présentés sont ceux collectés par la Direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de l'Intérieur à partir des budgets primitifs 2014 des régions métropolitaines. Ils s'entendent hors gestion active de la dette. La Corse qui est une collectivité territoriale avec des compétences plus importantes, n'est pas prise en compte. 

P.C