BFM Business

Comment calcule-t-on le prix de la drogue en France?

Une saisie de plus de 79 kilos de cocaïne par les douanes françaises.

Une saisie de plus de 79 kilos de cocaïne par les douanes françaises. - Douane française - AFP

S’il n’existe évidemment pas de marché officiel du cannabis ou de la cocaïne, les autorités françaises disposent d’un barème officieux pour donner une valeur aux saisies. Mais celle-ci reste approximative. Explications.

Si l’économie parallèle liée au trafic de drogue est difficilement estimable, les saisies spectaculaires réalisées peuvent donner un aperçu. En témoigne la récente découverte de plus de 7 tonnes de cannabis dans le 16ème arrondissement de Paris, un butin évalué à une vingtaine de millions d’euros. Mais sur quels critères se base-t-on exactement puisque, du fait de son illégalité, il n’existe pas de marché officiel de la drogue?

En France, un barème existe. Établi par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en recoupant plusieurs enquêtes de terrain, il ne constitue pas une base officielle, mais est la plupart du temps utilisé par les douanes pour valoriser les saisies. Le prix retenu concerne la vente au détail, la plupart du temps au gramme, même si le prix au kilo est parfois utilisé. C’est le cas pour la saisie du 16ème arrondissement, avec une valorisation d’environ 3.000 euros le kilo. En réalité, le gramme de cannabis vaudrait aux alentours de 5 euros une fois passés tous les intermédiaires.

En ce qui concerne la cocaïne, la méthodologie est plus uniforme. "C’est bien le prix de vente au détail, c’est-à-dire au gramme, qui est pris en compte", indiquent les douanes françaises. "Aujourd’hui, son prix se situe autour de 65 euros". Un tarif qui peut sembler rédhibitoire mais qui s’est largement démocratisé. En 1990, l’OFDT estimait ainsi le prix du gramme de cocaïne à 150 euros.

Un marché de 500 millions à 1,3 milliard d'euros

Se servir du barème de l’OFDT est en fait une manière de se simplifier la vie pour les autorités, car la valeur de la drogue est en réalité quasi-impossible à déterminer. "Cela dépend notamment du degré de pureté", qui peut varier de 60% à…0, précisent les douanes. La méthode n’est d’ailleurs pas la même partout en Europe : "les douanes italiennes prennent le prix de gros (estimé à 30 euros en France) et le multiplient par 4, car elles estiment que la drogue sera coupée quatre fois en moyenne", sourit un agent français.

L’estimation de la taille du marché de la cocaïne, elle, semble encore plus compliquée à établir. L’éventail retenu par l'OFDT est particulièrement large: en 2010, entre 8,4 et 21,7 millions de grammes avaient ainsi été consommés en France. Pour un marché de détail compris entre 504 millions et 1,3 milliard d’euros.

Yann Duvert