BFM Business

Comme la France, la zone euro est en récession

Bruxelles table sur une récession de 0,4% pour la zone euro, pour l'année 2013

Bruxelles table sur une récession de 0,4% pour la zone euro, pour l'année 2013 - -

Le PIB de la zone euro a reculé de 0,2% au premier trimestre 2013, selon les chiffres publiés par Eurostat, ce mercredi 15 mai. De grands écarts entre les pays de l'union monétaire subsistent.

Paris se situe dans la moyenne. Selon l'Insee, le PIB de l'Hexagone a reculé de -0,2% au premier trimestre 2013. Pour Pierre Moscovici, cette récession est due à "l'environnement en zone euro".

Justement, quelques heures plus tard, l'office des statistiques Eurostat a annoncé que l'ensemble de la zone euro a tout simplement connu la même baisse que la France, au premier trimestre 2012, à -0,2%.

Ce recul du PIB reste toutefois un peu moins marqué que lors du quatrième trimestre 2012, où le PIB de la zone euro avait baissé de 0,6%. Pour rappel, dans ses prévisions publiées le 3 mai dernier , Bruxelles table sur une croissance négative sur l'ensemble de l'année 2013 à -0,4%.

Au niveau de l'ensemble de l'Union européenne, la chute est légèrement moins prononcée, avec une diminution du PIB de 0,1%. Bruxelles établit la comparaison entre ces chiffres et l'économie américaine, qui, elle, se porte bien, avec une hausse du PIB de 0,6% au premier trimestre 2013.

L'Allemagne pénalisée par l'hiver

Evidemment, la croissance de la zone euro masque d'importantes disparités. Le champion de la zone euro reste la Slovaquie (+0,3% sur un trimestre, et 0,9% sur un an) tandis que Chypre, qui a fait l'objet, en mars d'un plan d'aide international (-1,3% sur un trimestre, et -4,1% sur un an) et la Grèce, (-5,3% sur un an) ferment la marche.

L'Allemagne (+0,1%) fait partie du club des pays dans le vert, comme la Belgique. Ce mercredi 15 mai, l'agence allemande des statistiques Destatis a expliqué ce faible chiffre de croissance largement par un "hiver anormalement long et froid".

Contrairement à la France, l'Allemagne réussit toutefois à ne pas basculer dans la récession, après avoir connu une baisse de son PIB au quatrième trimestre 2012 de -0,7% ! Soit près de trois plus que la France.

Brian May, économiste chez Capital Economics, estime au vu des chiffres publiés ce mercredi que "le recul des exportations allemandes et françaises, pour la deuxième fois consécutive, est un peu plus inquiétant et suggère que l'euro fort fait des ravages(...)".

La Lituanie, championne de l'Union européenne

Les Pays-Bas et la Finlande, deux pays pourtant notés triple A par les agences de notation, ont connu, eux, une baisse de leur PIB de 0,1% au premier trimestre 2013. L'Italie et l'Espagne, elles, continuent de s'enfoncer dans la récession, avec une baisse de -0,5% en variation trimestrielle, et plus de -2% sur un an.

Les deux pays qui ont connu la croissance la plus forte au sein de l'Union sont la Lituanie (1,3%) et la Lettonie (1,2%) . Deux Etats qui figurent parmi les plus pressés d'adopter l'euro.

> A lire aussi :

- La récession n'est pas une surprise pour Moscovici

- Pour l'Insee la France est en récession

Julien Marion