BFM Business

Ces milliards d’euros que Marine Le Pen compte économiser

Marine Le Pen était invitée de BFMTV et RMC ce mardi.

Marine Le Pen était invitée de BFMTV et RMC ce mardi. - BFMTV

Invitée de BFMTV et RMC, la candidate frontiste a égrené ses différentes propositions d’économies pour justifier ses nouvelles dépenses.

Au lendemain d’un débat qui, selon de nombreux observateurs, est loin d’avoir inversé le rapport de forces entre les deux candidats, Marine Le Pen a tenu à détailler un peu plus son programme présidentiel.

Invitée de BFMTV et RMC, la dirigeante frontiste a notamment évoqué les économies qu’elle compte réaliser lors de son quinquennat. Elle a d’abord rappelé son objectif "sur la santé, non pas sur les remboursements des médicaments ou l’offre de soins mais sur la gestion, la chirurgie ambulatoire, les médicaments génériques".

Avant d’égrener ses propositions chiffrées. "Il y a la contribution nette de la France à l’UE de 9 milliards", a-t-elle affirmé (5,5 milliards selon les chiffres de l’UE). "Mais aussi la suppression de la directive des travailleurs détachés (…) qui est une perte sèche pour l’État, puisque les charges ne seront pas payées comme elles le devraient. Ce sont 2 milliards que nous perdons chaque année".

Le FN "raisonnable sur le coût de l'immigration"

"Il y a la réforme territoriale et institutionnelle qui va faire gagner beaucoup d’argent", a-t-elle poursuivi. "Je suis pour la suppression des conseils régionaux et des intercommunalités. Cela va faire beaucoup d’économies, en l’occurrence 10 milliards d’euros".

"Il y a le coût de l’immigration, sur lequel nous avons été raisonnables, c’est 15 milliards d’euros. Il y a la lutte contre la délinquance: 5 milliards. La fraude fiscale des multinationales et la fraude à la TVA, 15 milliards. C’est considérable", a-t-elle conclu.

Quant à la taxe sur les importations, dont les contours ont été quelque peu modifiés depuis l’alliance avec Nicolas Dupont-Aignan, "je ne la mets pas dans les recettes nouvelles car je la redépense au bénéfice d’une prime de pouvoir d’achat".

Y.D.