BFM Business

Brexit: Valls veut faire de Paris "la première place d'Europe"

Manuel Valls a de grandes ambitions pour la place de Paris

Manuel Valls a de grandes ambitions pour la place de Paris - Dominique Faget - AFP

Devant les membres de Paris Europlace, le Premier ministre a appelé à ne pas "être naïf" et à renforcer l'importance financière de la capitale. Il a également annoncé un certain nombre de mesures pour renforcer l'attractivité de Paris.

"Mesdames, Messieurs j'ai l'impression que vous avez faim!". Voilà comment Manuel Valls a introduit son discours ce mercredi 6 juillet devant l'association Paris Europlace, chargée de promouvoir le statut financier de la capitale.

S'il faisait référence au fait que son auditoire n'avait pas encore déjeuné, on peut imaginer que le Premier ministre soulignait également son esprit de conquête, alors que le président de Paris Europlace, Gérard Mestrallet, appelait il y a deux semaines à saisir les opportunités du Brexit.

Manuel Valls lui-même a proposé de sauter sur l'occasion. "Face à ce choc l'Histoire s'invite et nous devons faire preuve d'élégance vis-à-vis du Royaume-Uni" sans pour autant céder à "la naïveté, car nous sommes dans une compétition" a-t-il dans un premier temps estimé.

Mesures pour les impatriés

"Cette décision (le Brexit, ndlr) a créé une onde de choc pour beaucoup d'entreprises et de citoyens installés au Royaume-Uni qui s'interrogent", a souligné le Premier ministre, rappelant que beaucoup de sociétés songeaient "à rééquilibrer leurs sièges sociaux et leurs centres de recherche" entre Londres et le reste de l'Europe. Et Manuel Valls d'affirmer "que nous devons apporter les réponses à ces entreprises et ces citoyens".

Il y voit ainsi l'occasion de rendre la France plus attractive pour qu'elle puisse "faire venir de nouvelles activités et de nouveaux talents" pour "aller chercher la croissance". Et le Premier ministre d'affirmer: "Nous voulons que Paris soit la première place d'Europe".

Derrière ces belles ambitions, Manuel Valls a pris soin d'annoncer quelques nouvelles mesures pour renforcer l'attractivité de Paris. Il a ainsi annoncé "le régime des impatriés le plus favorable au monde" qui sera "applicable 8 ans contre 5 années aujourd'hui" avec en plus "la prime d'impatriation qui sera exonérée de taxe sur les salaires". Le régime des impatriés permet aux étrangers venant travailler en France de bénéficier de certains avantages fiscaux, notamment une exonération de 50% des revenus du capital et une exonération totale de l'activité exercée hors de France.

Le Premier ministre a évoqué "un geste de confiance envers ceux qui veulent innover et participer au rayonnement de la France".

J.M.