BFM Business

Brexit : Les banques étrangères continuent de miser sur Paris

Les banques étrangères, qui ont prévu de rapatrier des postes de Londres vers Paris n'ont pas changé d'avis malgré la crise des gilets jaunes.

Les banques étrangères, qui ont prévu de rapatrier des postes de Londres vers Paris n'ont pas changé d'avis malgré la crise des gilets jaunes. - ERIC PIERMONT / AFP

La crise des gilets jaunes n'y change rien. Paris reste la ville qui a réussi à attirer le plus d'emplois dans le cadre du Brexit. Aucune banque étrangère n'envisage de remettre son choix en cause.

«Evidemment, c'est un mauvais signal mais pas au point de compromettre des décisions aussi importantes», résume l'un des responsables de la place financière de Paris. «Aucune grande banque étrangère n'a pour l'instant changer son fusil d'épaule et aucune ne semble même envisager de le faire », ajoute cette même source.

Le porte-parole d'une grande banque américaine confirme : « Ce ne sont pas ces événements qui vont nous faire changer d'avis sur des décisions qui nous engagent sur 15 ans ». « Je n'ai eu aucune alerte de la part de ma direction », nous explique encore le patron d'une filiale d'une grosse banque américaine, qui ajoute que « les Américains ne regardent pas ce qui se passe en France avec la même obsession que nous ».

Rien ne semble pouvoir inverser la tendance 

Les établissements qui ont déjà pris leur décision n'ont donc aucune intention de faire marche arrière. Les préparatifs d'ailleurs se poursuivent et les équipes de Bank of America par exemple commenceront à intégrer l'immeuble loué dans le 8ème arrondissement de Paris dès le début de l'année prochaine.

Seuls les quelques établissements qui n'ont pas encore pris leur décision sont susceptibles de se laisser influencer par les récents événements. « Mais ce ne sont pas tant les violences à Paris qu'ils regardent que les décisions politiques qui en découlent (...) le choix par exemple de ne pas revenir sur l'ISF est donc plutôt rassurant », nous explique un responsable financier.

Paris reste la plus attractive

Paris reste donc la ville qui a réussi à attirer le plus d'emplois dans le cadre du Brexit. Selon les derniers chiffres, ce sont un peu déjà plus de 2500 emplois qui ont été rapatriés à Paris contre environ 2000 pour Francfort et rien ne semble plus pouvoir inverser la tendance.