BFM Business

Baromètre : Les « décideurs » retrouvent le moral

-

- - -

Le baromètre des décideurs publié par BFM Business en partenariat avec Viavoice, HEC et Le Figaro, montre que les décideurs retrouvent le moral.

La tendance amorcée en mars se confirme et de façon spectaculaire. Le moral des cadres a bondi de 11 points depuis deux mois. L'indice retrouve ainsi son niveau de mars 2018, l'un des meilleurs scores en 15 ans.

Ce regain d'optimisme se traduit absolument partout que ce soit sur le niveau de vie ou sur le front de l'emploi. Ainsi, les cadres ne sont plus que 35% à considérer aujourd'hui que le niveau de vie en France va se dégrader d'ici un an, contre 42% en mars dernier.

A l'inverse, ils sont de plus en plus nombreux à penser que le nombre de chômeurs va diminuer dans les mois à venir : 32% aujourd'hui contre 24% il y a deux mois.

L'effet pouvoir d'achat a fonctionné

Ce regain d'optimisme est lié notamment à l'essoufflement du mouvement des gilets jaunes. Selon l'auteur de l'étude, les cadres ont le sentiment que la situation peut se débloquer sur le front social, au moins pour les mois à venir. Le retour à la confiance repose aussi sur des éléments concrets comme la baisse du chômage ou encore sur les 10 milliards d'euros annoncés par l'exécutif en faveur du pouvoir d'achat. En clair, la France rassure à nouveau sur le plan économique résume l’auteur de l’étude, en tous cas en ce qui concerne les cadres.

Les Français moins optimistes que les cadres

Le baromètre souligne en revanche qu'il reste d'importantes divergences entre ces décideurs et le reste des Français. Le regain d'optimisme est en effet beaucoup plus marqué chez les décideurs que pour l’ensemble de la population. Ainsi, seuls 14% des Français ont le sentiment que leur situation financière va s'améliorer contre 26% pour les cadres.

Les Français sont également beaucoup plus pessimistes que les cadres sur l'évolution de leur carrière. 70% d'entre eux jugent « faibles » les opportunités de la faire progresser dans les mois à venir alors que 28% des décideurs estiment que les opportunités seront au contraire « importantes ».

« Si l'étude traduit donc une réelle dynamique au niveau des cadres, elle ne se traduit pas encore auprès de l'ensemble des Français », relève ainsi l'auteur de l'étude. « C’est un scénario classique », ajoute-t-il.

Pour l'institut Viavoice, c'est bien un cercle vertueux qui pourrait malgré tout s'enclencher, car la hausse du moral est de nature à soutenir des comportements économiques comme les dépenses des ménages qui peuvent eux-mêmes être soutenus par les mesures objectives en faveur du pouvoir d'achat. Jérémy Ghez, professeur à HEC, l'un des partenaires de cette étude résume : « Emmanuel Macron a d'ores et déjà réussi à éteindre l'incendie. Le grand-public peine encore à monter dans le train, il ne faudrait pas que cela soit un frein à la reprise ».

Les prochains mois seront déterminants pour voir si ces bons indicateurs finissent par se propager à l'ensemble de la population.