BFM Business

Assurance chômage: Macron appelle les partenaires sociaux à renégocier

Devant le Congrès, le chef de l'État a invité les partenaires sociaux à renégocier dès septembre les règles de l'Unédic qui, selon lui, encourage la précarité.

Emmanuel Macron revient à la charge sur l’assurance chômage. Devant le Congrès, le chef de l’État a appelé les partenaires sociaux à renégocier les règles de l’Unédic dès septembre, soit deux ans plus tôt que prévu, alors que l’examen de la réforme Pénicaud débute aujourd’hui au Sénat. Objectif: faire en sorte que les nouvelles règles entrent en vigueur au printemps 2019.

Le président, qui estime que les règles de l’Unédic "ont pu involontairement encourager le développement de la précarité", veut tout remettre à plat. "La France ne peut pas indéfiniment rester championne du monde des CDD", explique son entourage.

Mettre fin à la "permittence"

Ainsi, l’exécutif souhaite notamment mettre fin à la "permittence", c’est-à-dire au fait pour les salariés de cumuler des indemnités tout en enchaînant les contrats très courts. Il veut également dissuader les entreprises qui abusent des contrats courts en instaurant un bonus malus.

Jusqu’à présent, le gouvernement menaçait d’intervenir par décrets sur tous ces sujets. Mais il a finalement décidé de mettre la pression sur les partenaires sociaux en les laissant négocier.

"FO et la CFDT, notamment, réclament un agenda social, on les prend au mot. On leur dit chiche, mais c'est aussi un test pour savoir s'ils sont sérieux ou pas. Si on bâtit un agenda social, c'est pour participer à la transformation", explique une source proche du dossier au Point. Reste que les partenaires sociaux devront suivre une feuille de route très cadrée fixée par le gouvernement qui veut avant tout accélérer le calendrier.
Caroline Morisseau avec P.L