BFM Business

Appel au protectionnisme: en fait, la France vend plus en Corée du Sud que l’inverse!

Les importations de voitures sud-coréennes en Europe ont bondi de 41% en 14 mois, de 24% en France

Les importations de voitures sud-coréennes en Europe ont bondi de 41% en 14 mois, de 24% en France - -

La Commission européenne a opposée une fin de non-recevoir au gouvernement français qui demandait une mise sous surveillance de l’importation de véhicules sud-coréens. L’occasion de faire le point sur l’état des échanges commerciaux entre la France et la Corée du Sud.

La France voulait mettre sous surveillance les importations sud-coréennes pour protéger son secteur automobile, de plus en plus fragilisé. Elle porte l’affaire devant la Commission européenne, qui la déboute lundi 22 octobre. Mardi, le Commissaire européen au Commerce fustige le protectionnisme d'Arnaud Montebourg et rappelle qu'en réalité l'accord de libre-échange entre Bruxelles et Séoul profite aux deux camps.

41% d'importation de véhicules sud-coréen en plus en Europe

Une déclaration que confirment partiellement les données de l’office des statistiques européens Eurostat. Depuis l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange entre Bruxelles et Séoul, les importations de voitures sud-coréennes ont augmenté de 41% en un an dans l'Union Européenne. Mais en France, cette hausse a été moins importante, de 24%. Dans le détail, sur le segment des petites voitures, qui inquiète particulièrement Arnaud Montebourg, l'augmentation est de seulement 7,6%.

Le ministre du Commerce sud-coréen dit comprendre les inquiétudes, mais pas les arguments du ministre du Redressement productif. Il rappelle que la plupart des voitures sud-coréennes vendues en France sont fabriquées en Pologne ou en Tchécoslovaquie. Pour lui, les difficultés françaises s'expliquent plus par la différence de compétitivité entre la France et ses voisins de l'Est.

Au-delà du seul secteur automobile, les autorités coréennes rappellent que sur les 14 derniers mois, tous produits confondus, la France a accru ses exportations vers la Corée du Sud tandis que la Corée du Sud a connu un recul de ses ventes dans l’Hexagone. En définitive, Séoul est donc en déficit commercial avec la France.

Mathieu Jolivet