BFM Business

Amiante: l'ɐtat condamné à indemniser 127 ex-ouvriers de DCNS

-

- - AFP - Valery Hache

"L'État va devoir payer 8.000 euros à chacun des anciens ouvriers ayant porté plainte en raison du préjudice d'anxiété qu'ils subissent, vivant dans la crainte de se découvrir malades."

1 million d'euros au total: c'est la somme que va devoir payer l'État à d'anciens ouvriers exposés à l'amiante. La condamnation a été prononcée mercredi 1er juin par le tribunal administratif de Caen. 127 ex-salariés de DCN, devenue depuis DCNS, sont concernés.

Le tribunal impose en effet de verser 8.000 euros par personne pour le préjudice d'anxiété de ces ouvriers qui "vivent dans la crainte de découvrir subitement" qu'ils sont "atteint(s) d'une pathologie grave, pouvant provoquer" leur décès, selon une copie d'une des décisions, toutes similaires.

Ils fabriquaient des sous-marins

Le site de Cherbourg, pour lequel les requérants travaillaient, fabrique les sous-marins nucléaires français.

La bataille juridique n'ira pas plus loin. "Nous ne ferons pas appel. Notre objectif, c'est de montrer que la prévention coûte moins cher que l'indemnisation", a expliqué à l'AFP Pascal Canu, le président de l'association locale des victimes de l'amiante (Aldeva) de Cherbourg. Un des requérants, en bonne santé lors du lancement de la procédure, est décédé juste avant le procès, a-t-il précisé. Les autres sont en bonne santé. Les maladies liées à l'amiante mettent des décennies à se déclarer.

"Un véritable drame sanitaire"

"Les ouvriers d'État n'avaient pas les moyens de protection nécessaires pour travailler dans ce cadre complètement empoussiéré (d'amiante, ndlr) ce qui a causé 5.090 maladies professionnelles pour toute la DCN. C'est un véritable drame sanitaire", avait déclaré à France 3 Normandie, le jour de l'audience le 28 avril, l'avocat de salariés, Jean-Louis Macouillard. Une procédure pénale lancée en 2005 est en cours dans ce dossier.

L'amiante est interdit depuis 1997 mais selon Pascal Canu, la DCN a eu une dérogation de 5 ans. La Direction des constructions navales (DCN) est devenue DCNS en 2007 au moment de sa privatisation partielle. L'État en détient aujourd'hui 26%.