BFM Business

Allemagne: des mises en garde économiques en trompe-l'œil

Moody's pointe des risques sur les exportations allemandes vu les difficultés auxquelles font face ses partenaires commerciaux en Europe.

Moody's pointe des risques sur les exportations allemandes vu les difficultés auxquelles font face ses partenaires commerciaux en Europe. - -

Les principaux instituts économiques allemands ont abaissé leur prévision de croissance pour 2013 ce 18 avril. Leur prévision se rapproche ainsi de celle du gouvernement Merkel, bien plus basse.

En France, le gouvernement a dû abaisser à plusieurs reprises ses prévisions de croissance, toujours plus optimistes que celles des autres institutions, nationales ou internationales. En Allemagne, c'est exactement l'inverse. Les quatre principaux instituts économiques viennent de revoir légèrement à la baisse leur prévision de croissance pour 2013, qui reste pourtant le double de celle du gouvernement.

Les instituts prévoient désormais 0,8% d'augmentation du PIB en 2013, alors qu'ils évoquaient auparavant 1%. Le Fonds monétaire international, lui, mise sur 0,6% de croissance. Le plus pessimiste est finalement le gouvernement allemand lui-même, qui table sur un petit 0,4%.

Moody's formule des craintes

Pourtant, les instituts économiques n'émettent aucune critique particulière sur la conjoncture allemande. Ils voient ressurgir une "tendance à la hausse dans l'économie allemande au printemps 2013". Le marché du travail devrait rester "robuste" et la situation budgétaire atteindre "presque l'équilibre en 2013".

Les quatre instituts évoquent à la marge des risques qui "restent considérables", au lendemain du maintien par Moody's de la perspective négative sur la dette souveraine allemande.

L'agence de notation estime toujours que Berlin mérite son triple A. Mais elle exprime des craintes sur la dette qui atteint à 80% du PIB, un niveau jugé "élevé".

Elle s'inquiète également d'une éventuelle baisse des exportations allemandes du fait des difficultés économiques rencontrées par ses partenaires commerciaux en Europe. Elle prévient enfin que l'évolution démographique va provoquer un vieillissement de la population et un déclin de la main-d'œuvre. Avec des conséquences sur la croissance et la dépense publique.

Nina Godart