BFM Business

Affaire Adidas: Tapie veut obtenir 1 milliard d'euros de l'Etat

Après l'annulation de la procédure d'arbitrage qui lui avait accordé 403 millions d'euros de dommages et intérêts, l'avocat de l'homme d'affaires compte réclamer à l'Etat 1 milliard d'euros devant la Cour d'appel de Paris le 29 septembre prochain, rapporte Le Monde.

L'affaire Adidas-Crédit Lyonnais va repartir de plus belle. Après l'annulation en février dernier de la procédure d'arbitrage qui avait soldé ce tentaculaire dossier juridique en 2008, accordant 403 millions d'euros de dommages et intérêts à Bernard Tapie, l'affaire doit désormais revenir devant les juges, le 29 septembre prochain.

Et le nouvel avocat de Bernard Tapie, Emmanuel Gaillard, connu pour avoir fait condamner la Russie à une amende de 50 milliards de dollars au profit des anciens actionnaires du conglomérat Ioukos, voit les choses en grand. Il compte ainsi réclamer à l'Etat la somme de 1 milliard d'euros devant la Cour d'appel, le 29 septembre prochain, rapporte Le Monde.

L'atout dans sa manche? Un document signé par un banquier mandaté par le Crédit lyonnais qui pourrait prouver que la banque aurait sciemment tenté de tromper son client dans le cadre de la revente du groupe Adidas en 1993.

Une plainte pour "faux et usage de faux"

Une note qui montrerait que "dès le départ, la banque avait imaginé de capter la plus-value résultant de la mise en bourse d’Adidas à un montant qui pouvait atteindre 11 milliards de francs (2,09 milliards d’euros)", explique au Monde Emmanuel Gaillard. Bernard Tapie n'avait tiré lui que "318" millions d'euros de la revente d'Adidas à un pool d'actionnaire, en février 1993.

William Bourdon, avocat qui représente lui les arguments de l'Etat, ne voit évidemment pas les choses de la même façon. "Nous restons confiants quant à l’issue positive de la procédure tant les preuves de l’énorme boniment d’origine sont accablantes, c’est-à-dire la créance inventée de M. Tapie sur le Crédit lyonnais", indique-t-il au quotidien du soir.

Par ailleurs, Bernard Tapie va également déposer une plainte pour "faux et usage de faux, faux en écriture publique, escroquerie et tentative d'escroquerie", contre le commandant de police de la brigade financière Yves-Marie l'Helias.

Ce dernier avait rédigé en juillet 2014, un rapport de synthèse qui, à l'appui d'investigations et de centaines de document désavouait les conclusions de la procédure d'arbitrage et considérait que "monsieur Tapie et son conseil ont produit des attestations qui s'avèrent inexactes, voire mensongères". Un rapport qui a toujours été vigoureusement contesté par l'homme d'affaires.

J.M.