BFM Business

32% des entreprises paient leurs fournisseurs en retard

Les petits retards de paiement s'accumulent de la part des grandes entreprises face à leurs forunisseurs.

Les petits retards de paiement s'accumulent de la part des grandes entreprises face à leurs forunisseurs. - AFP-Fred-Tanneau

"Les PME sont les plus fragilisées par ce non respect des délais de paiement, qui génère des trous dans leurs trésoreries de l’ordre de 16 milliards d’euros."

C’est la bête noire des fournisseurs: un tiers des entreprises françaises ne respecte toujours pas les délais de paiement. D’après la loi, les entreprises sont censées payer leurs fournisseurs dans un délai maximum de deux mois. Mais force est de constater que 32% des sociétés ne respectent pas ce délai de 60 jours, comme le souligne le rapport annuel de l’Observatoire des délais de paiement remis ce lundi au ministère de l’Économie. C’est tout de même mieux qu’en 2007, année durant laquelle 40% des entreprises ne payaient pas leurs fournisseurs en temps et en heure. Depuis, a été mise en place la LME, la loi de modernisation de l’économie.

Les mauvais payeurs sont les grandes entreprises, et ce sont les PME qui trinquent. Le trou dans leurs trésoreries est estimé à 16 milliards d’euros. 4 milliards d’euros échappent également aux ETI. Et si la part d’entreprises payant en retard diminue, en revanche, les petits retards –ceux inférieurs à un mois -, s’accumulent. La probabilité de mettre la clé sous la porte augmente à partir de 30 jours de retard d’après le cabinet Altares.

Faire respecter les délais est donc devenu une priorité pour Bercy. Les contrôles ont été renforcés en 2015, année durant laquelle plus de 2.000 entreprises ont été contrôlées par la DGCCRF. 110 sanctions ont été énoncées. Cela représente 3,5 millions d’euros d’amendes. Le projet de loi sur la transparence économique prévoit d’augmenter le plafond de l’amende à 2 millions contre 375.000 euros à ce jour. Il devrait être voté avant l’été.

Hélène Cornet, édité par A.R.