BFM Eco

Dons de jour de congés: les salariés de Matmut réunissent 1,2 million d'euros pour le secteur médical

Un soignant à l'hôpital Lariboisière, à Paris, le 27 avril 2020.

Un soignant à l'hôpital Lariboisière, à Paris, le 27 avril 2020. - JOEL SAGET / AFP

Ils sont plus de 3000 à avoir participé à l’opération de congés solidaires mis en place par l’assureur, en faisant don de plus de 19.000 jours de congés qui après monétisation, vont être versés à trois fondations investies dans la lutte contre le Covid-19.

Les salariés de la Matmut ont répondu à l’appel. Lors du confinement, l’assureur a mis en place l’opération "Congés solidaires". Le principe: les salariés qui le souhaitent peuvent faire don de leurs jours de congés qui seront monétisés et versés à un fonds de solidarité. La Matmut promet aussi de verser un abondement de 20 euros sur chaque don. L’entreprise propose aussi aux salariés qui posent un jour de congé pendant le confinement, évitant ainsi un jour de chômage partiel, de verser 12 euros à ce fonds.

Alors que le contexte poussait plutôt les entreprises à inciter leurs salariés à poser des jours de congé de manière plus contrainte, nous avons voulu prendre le contre-pied en proposant un dispositif basé sur la confiance et la solidarité, explique au Parisien, Olivier Ruthardt directeur général adjoint du groupe Matmut, chargé des ressources humaines et des relations sociales.

Les salariés ont de suite adhéré au système. "Cela a fonctionné dès le début. Tous les jours, des centaines de journées de congé étaient données ou posées par les salariés", poursuit Olivier Ruthardt. En un mois, environ 1,2 million d’euros est récolté. La moitié des salariés, soit environ 3000 personnes, ont fait don de presque 19.500 jours de congé.

Les sommes sont recueillies sur un fonds qui serviront à soutenir des fondations très sollicitées pendant la pandémie.

"On a décidé évidemment de soutenir le monde médical dans la lutte contre le Covid-19, mais aussi d’autres causes qui nous tiennent particulièrement à cœur ", précise le directeur général adjoint au quotidien.

Trois fondations ont été choisies conjointement par la direction et les partenaires sociaux, les salariés ayant le choix de répartir leurs dons entre celles-ci. Au final, 25 % des sommes récoltées iront à la Fondation Abbé Pierre, 30 % à la Fondation des femmes et 45 % à la Fondation de France, qui représente également l’Institut Pasteur et l’AP-HP à travers une alliance de circonstance : "Tous unis contre le virus". L’assureur a prévu de remettre les chèques aux fondations d’ici à la rentrée.

Mais cet acte de générosité n’est pas réservé au personnel de l’assureur. Tous les salariés peuvent faire preuve de solidarité avec le personnel soignant grace à un texte adopté par le Parlement le 22 juillet. Les salariés peuvent renoncer à un ou plusieurs jours de congé (un décret doit encore en précise le nombre) , dont la valeur sera versée par leur employeur à l'Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV). Un accord collectif d’entreprise peut prévoir un abondement.

Les sommes recueillies seront ensuite reparties entre les "établissements et services sanitaires, médico-sociaux et d'aide et d'accompagnement à domicile" sous forme de chèques-vacances. Ils seront distribués aux personnels, y compris vacataires et stagiaires, qui auront travaillé pendant la période du 12 mars au 10 mai. Leurs revenus ne doivent pas excéder trois Smic.

Une mesure diversement accueillie par le personnel médical, qui estime que la priorité est de donner davantage de moyens au secteur hospitalier.

Coralie Cathelinais Journaliste BFM Éco