BFM Business

Covid-19: plus de 300 discothèques ont déjà déposé le bilan

Les discothèques pâtissent du fait qu'il n'y avait pas de date prévue de réouverture. Elles sont fermées depuis la mi-mars, en raison de la pandémie.

Les discothèques pâtissent du fait qu'il n'y avait pas de date prévue de réouverture. Elles sont fermées depuis la mi-mars, en raison de la pandémie. - Ina FASSBENDER / AFP

Toujours fermées pour cause de pandémie, les discothèques paient un lourd tribut économique: plus de 300 établissements n'ont pas eu d'autre choix que de déposer le bilan, selon le président du syndicat national du secteur.

Alors qu'aucune date de réouverture n'est pour le moment prévue par les pouvoirs publics pour ces établissements, les discothèques sont de plus en plus mal en point sur le plan économique.

Selon le président du syndicats national du secteur, interrogé sur Francebleu Paris Patrick Malvaës, leur situation est "assez dramatique" en France.

"Nous avons 1600 établissements qui embauchent 25.000 personnes et qui sont actuellement à l'arrêt complet. Nous avons plus de 300 établissements qui ont déjà déposé le bilan, 37 sont actés. Donc ça fait à peu près 7 à 8000 personnes qui vont être sur le carreau si on ne fait rien", s'inquiète t-il sur cette antenne.

Un plan de soutien lancé fin juillet par le gouvernement

Conscient des graves difficultés traversées par le secteur, le gouvernement avait présenté, le 24 juillet dernier, des aides financières pour les discothèques, qui exhortaient le gouvernement à lui octroyer un "plan de sauvetage".

Les loyers, factures d'eau et d'électricité et autres frais seront pris en charge à hauteur de 15.000 euros par mois maximum, pendant trois mois, au lieu de 5000 euros initialement prévus dans les dispositifs d'aides aux entreprises menacées de faillite.

Les discothèques vont aussi bénéficier du "PGE saison", l'une des mesures annoncées dans le plan de soutien au secteur touristique.

Les discothèques seront éligibles au "PGE saison"

Ce prêt garanti par l’État offre des conditions plus favorables que celles du PGE classique, avec un plafond plus élevé: alors qu'actuellement le prêt est plafonné à 25 % du chiffre d’affaires 2019, le PGE saison est basé sur les trois meilleurs mois de l’année 2019, ce qui est plus avantageux pour les entreprises saisonnières.

"Ce PGE est essentiel pour sauver les discothèques saisonnières, a estimé sur France Bleu Paris, Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques. "Les deux tiers du chiffre d'affaires sont censés se réaliser en ce moment, entre mai et septembre inclus" a-t-il précisé.

F.B