BFM Business

Covid-19: l'Europe va rendre compatibles 18 applis nationales de traçage à l'exception de StopCovid

StopCovid s'isole encore un peu plus sur la scène européenne.

StopCovid s'isole encore un peu plus sur la scène européenne. - AFP

La Commission européenne a conclu un accord pour permettre les échanges de données entre 18 applis nationales de traçage de contacts pour lutter contre la Covid-19. Elles sont issues de pays ayant choisi une architecture dite "décentralisée", ce qui exclut la France et la Hongrie.

L'appli mobile française StopCovid de traçage de cas contact, pour lutter contre la propagation du Covid-19, va se trouver isolée en Europe. "La Commission européenne a conclu un accord avec T-Systems et SAP pour développer et construire une plateforme passerelle pour l'échange transfrontalier des alertes" sur une contamination, a indiqué, à l'aube du week-end dernier, un porte-parole de l'exécutif européen.
L'interface technique, qui permettra cet échange de données pourra fonctionner avec au moins 18 applications nationales de traçage de cas contact -déjà opérationnelles ou prévues- développées par des pays européens ayant choisi une architecture dite "décentralisée", ce qui exclut la France et la Hongrie.

La France a choisi une architecture technique centralisée

Pour leur application anti-Covid, la plupart des pays européens (à l'exception notable de la France) ont choisi une architecture technique "décentralisée", favorisée par Google et Apple. Dans cette architecture, les smartphones des utilisateurs importent régulièrement la liste de tous les pseudonymes ayant croisé des personnes contaminées, et vérifient eux-mêmes si leur pseudonyme figure sur ces listes ou pas.

A contrario, la France, au nom de la souveraineté numérique, a opté avec "StopCovid" pour une approche "centralisée", impliquant davantage de stockage de données dans un serveur central, tout comme la Hongrie.

18 applis de traçage seront compatibles d'ici la fin de l'été

La future compatibilité entre les 18 applications européennes ne devrait toutefois pas être opérationnelle avant la fin des vacances d'été, car la durée de son montage est estimé à trois ou quatre semaines, a-t-on appris auprès de la Commission.

Ce service "passerelle" doit permettre de recevoir et de transmettre efficacement les informations pertinentes provenant des applications et serveurs nationaux de traçage des contacts, et de minimiser le volume de données échangées, selon la Commission. ntaminées, et vérifient eux-mêmes si leur pseudonyme figure sur ces listes ou pas. En Allemagne, SAP a développé avec Deutsche Telekom une application qui a été téléchargée plus de 16 millions de fois.

De 2 à 2,5 millions de téléchargements pour StopCovid

En France, entre 2 et 2,5 millions de personnes ont téléchargé l'application traçage de contacts StopCovid selon le secrétaire d'État rau Numérique Cédric O, qui a estimé, jeudi 30 juillet, qu'il était "trop tôt" pour "faire le bilan".

Depuis juin 2020, l'application StopCovid n'a envoyé que 14 notifications aux Français. Elle a déjà été désinstallée 500.000 fois.

F.B avec AFP