BFM Business

Coronavirus: l'OMS fait état d'une pénurie mondiale d'équipements de protection

BFM Business
Le monde fait face à une pénurie de masques, gants et autres équipements de protection sanitaire contre le nouveau coronavirus, alerte ce vendredi le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Genève.

Les masques et les gants de protection sanitaire manquent alors que l'épidémie de coronavirus continue de se répandre à travers le monde. "Le monde fait face à un manque chronique d'équipements de protection individuelle", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, lors d'une réunion du comité exécutif de cette organisation à Genève.

Il a fait état de "graves ruptures" sur le marché mondial de ces équipements, avec "une demande jusqu'à cent fois supérieure à la normale et des prix jusqu'à vingt fois plus élevés. En conséquence, nous avons maintenant des stocks à plat, et des délais de quatre à six mois" pour les livraisons, avec une situation particulièrement difficile pour les masques, très demandés" a-t-il ajouté.

Priorité aux personnels soignants et aux malades

Ce responsable de l'OMS a ajouté qu'il allait parler à des responsables de la chaîne d'approvisionnement pour tenter de résoudre les "goulots d'étranglement" dans la production tout en plaidant pour une "répartition équitable" de ces produits.

La première priorité, c'est le personnel médical, la seconde les personnes malades ou s'occupant de malades", a-t-il souligné, en ajoutant que l'agence onusienne "décourageait la constitution de stocks dans les pays et régions où la transmission (de la maladie) est basse

En Chine, 31.161 personnes ont été contaminées

Le gouvernement chinois a reconnu en début de semaine avoir besoin d'urgence de masques de protection pour faire face à l'épidémie de pneumonie virale, qui a contaminé 31.161 personnes en Chine continentale dont 636 mortellement, selon un dernier bilan officiel.

L'OMS a déjà annoncé cette semaine qu'elle allait envoyer des masques, des gants, des vêtements de protection, des appareils respiratoires ou encore des kits pour dépister le virus aux pays qui demandent de l'aide.

Pour sa part en France, l'usine de la firme Kolmi-Hopen qui fabrique près d'Angers des masques sanitaires -masques chirurgicaux et masques de protection- croulait déjà le week-end dernier sous les demandes venues du monde entier en raison de l'épidémie de coronavirus.

Dans le reste du monde, 240 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont deux mortels, à Hong Kong et aux Philippines.

F.B avec AFP