BFM Business

Coronavirus: 4 graphiques pour comprendre l'ampleur du chômage partiel en France

-

- - -

Plus de 11,3 millions de salariés sont désormais concernés par ce dispositif exceptionnel.

En quelques semaines, le nombre a explosé. Plus de 11 millions de salariés français sont désormais au chômage partiel, selon les dernières données dévoilées ce jeudi par la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Au 1er jour du confinement, le 17 avril, ils n'étaient que 256.308 à en bénéficier.

Ce dispositif indemnise les salariés à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net, exception faite des salariés qui touchent le smic et qui sont indemnisés à 100%. Il concerne désormais 890.000 entreprises, soit plus de 6 sur 10.

Les secteurs les plus touchés par le chômage partiel

Tous les secteurs de l'économie ne sont pas touchés de la même manière, a rappelé Muriel Pénicaud ce mercredi matin sur BFM Business. Le taux de chômage partiel atteint par exemple 93% dans le bâtiment ou 90% dans l'hôtellerie-restauration, avec la fermeture des lieux accueillant du public.

Selon la Dares, ces deux secteurs sont ceux qui souffrent le plus, avec le commerce. Au 24 avril, la moitié des salariés concernés par le chômage partiel travaillaient dans l'un de ces trois secteurs.

L'infographie ci-dessous montre la répartition par secteur économique des salariés concernés par le chômage partiel.

Les petites entreprises en première ligne

Sans surprise, la plupart des entreprises concernées sont de petites taille. Au 17 avril, près de 40% des salariés au chômage partiel travaillent dans des structures de moins de 20 salariés. 

L'infographie ci-dessous montre la répartition du chômage partiel selon la taille des entreprises concernées.

De moins en moins d'offres d'emplois

Au-delà de cette question du chômage partiel, c'est tout le marché de l'emploi qui est en crise. Le nombre de nouvelles offres d’emplois en ligne diminue chaque semaine selon la Dares, qui se base sur un panel constitué d’une quinzaine de sites. Lors de la mise en place du confinement, celui-ci a par exemple baissé de 27% par rapport à la semaine précédente.

"On voit l'ampleur de la tâche pour le retour au travail dans le déconfinement (...) Plus la crise dure, plus les lendemains seront difficiles", a expliqué Muriel Pénicaud sur BFM Business. La ministre du Travail a dit vouloir "travailler avec toutes les professions, les syndicats, pour que le travail puisse reprendre progressivement, en respectant pleinement les conditions de sécurité".

Louis Tanca