BFM Business

Zara et Bershka signent un accord sur le travail du dimanche

Inditex, propriétaire de Zara est parvenu à un accord sur le travail du dimanche dans le cadre de la loi Macron.

Inditex, propriétaire de Zara est parvenu à un accord sur le travail du dimanche dans le cadre de la loi Macron. - Philippe Huguen - AFP

Un accord sur le travail du dimanche et en soirée, dans le cadre des possibilités offertes par la loi Macron a été conclu pour les enseignes du groupe Inditex implantées en France.

La CFDT a annoncé ce mercredi 30 décembre la conclusion d’un accord sur le travail du dimanche et en soirée des salariés en France du groupe Inditex. L’accord fait suite aux ouvertures dominicales prévues dans certaines zones par la loi Macron. Cet accord, négocié depuis début novembre, a été signé mardi soir par la CFDT (majoritaire) et la CFE-CGC, a précisé à l'AFP Imed Ben Ahmed, délégué syndical central CFDT de l'Unité économique et sociale (UES) Inditex en France.

Outre Zara, Bershka et Oysho, le groupe espagnol Inditex est propriétaire des marques Massimo Dutti, Pull & Bear et Stradivarius. En France, il compte près de 400 points de vente, dont 45% à Paris, et plus de 7.500 salariés. L'accord prévoit notamment une majoration de 110% les dimanches (sans repos compensateur pour les employés, avec repos compensateur pour les cadres au forfait jour) et de 100% en soirée (à partir de 21 heures). Il prévoit aussi "une prise en charge" des frais de garde des enfants et le "retour en taxi des salariés ne pouvant bénéficier de transports en commun en soirée", selon la CFDT.

Un volontariat "ponctuel"

L'accord inscrit aussi les horaires de fin de service à ne pas dépasser, "21h30 l'hiver et 22h00 l'été", a ajouté le responsable syndical. Les salariés, dont beaucoup d'étudiants travaillant à temps partiel (40% des contrats sont à temps partiel), "y sont favorables à plus de 87%", a fait valoir Imed Ben Ahmed. Le volontariat sera "ponctuel", les salariés seront "consultés toutes les semaines sur leur envie de travailler ou non" les dimanches des deux semaines suivantes, a expliqué le délégué.

L'accord prévoit la possibilité de faire appel à des salariés volontaires d'autres magasins alentour ainsi que, le cas échéant, la non-ouverture du magasin faute de volontaires, a-t-il ajouté. L'entreprise "elle-même est contre l'ouverture systématique de toutes les boutiques" en zone touristique internationale (ZTI) - où les magasins peuvent ouvrir 52 dimanches et jusqu'à minuit - "parce qu'aujourd'hui il n'y a pas forcément un intérêt économique" à le faire, a souligné Imed Ben Ahmed. La Fédération des Services CFDT "salue", dans un communiqué, le "travail de négociation réalisé où les concessions réciproques ont permis d'aboutir à un système qui fait sens pour toutes les parties".

C. B avec AFP