BFM Business

Whirlpool va stopper sa production à Amiens et délocaliser en Pologne

Whirlpool délocalise son activité en Pologne.

Whirlpool délocalise son activité en Pologne. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le fabricant d'électroménager va cesser sa production à Amiens. Le groupe espère trouver un repreneur pour sauvegarder les 300 emplois menacés.

Inquiets depuis plusieurs mois, les salariés sont désormais fixés. Le fabricant américain d'électroménager Whirlpool a annoncé ce mardi son intention de cesser la production de sèche-linge dans son usine d'Amiens au 1er juin 2018, pour la délocaliser en Pologne, dans le cadre d'une restructuration de ses activités européennes dans ce segment.

"Whirlpool France fera tout son possible et engagera les ressources nécessaires" pour trouver un repreneur pour son site d'Amiens, qui emploie 300 personnes, ainsi que "de nouvelles activités pour attirer des emplois", a ajouté le groupe dans un communiqué. "Aucune suppression d'emploi n'aura lieu en 2017" à Amiens, et Whirlpool France mettra en oeuvre toutes les mesures sociales nécessaires pour identifier des solutions durables pour les employés", selon le communiqué.

Les syndicats de l'usine ont accueilli douloureusement l'annonce de la fermeture, comparant le sort qui leur est promis à celui des Goodyear. "La région va encore souffrir, après Goodyear, maintenant c'est notre tour", a déploré auprès de la presse Frédéric Chanterelle, élu CFDT, devant le portail de l'usine.

"C'était plus ou moins attendu, mais ça reste un choc", a-t-il ajouté, évoquant de futures "actions" de contestation organisées par l'intersyndicale: "Si on en reste à de simples débrayages, ça sera beau...", a-t-il ironisé. "Il y a un sentiment de travail inaccompli", a témoigné Antonio Abrunhosat, délégué CGT. "Nous avons fait de nombreux efforts avec des accords de compétitivité, et on s'aperçoit que tout ça, pour les multinationales, ça n'a aucun sens".

Faire de la Pologne "le point central" de la production

L'usine existante du groupe à Lodz (centre de la Pologne) est appelée à devenir "le point central" de la nouvelle plateforme de production de sèche-linge de Whirlpool pour la région Europe, Afrique et Moyen-Orient (EMEA), afin de bénéficier de "plus fortes économies d'échelle", indique le communiqué.

Whirlpool a justifié cette restructuration au nom "de la sauvegarde de (sa) compétitivité" dans cette région, dans un contexte "de plus en plus concurrentiel". Le groupe va par ailleurs "réorienter" début 2018 sa production dans son usine de Yate au Royaume-Uni, qui va se concentrer sur des produits spécifiques destinés aux marchés britannique et irlandais.

Bernard Cazeneuve annonce un plan d'aide

Un "plan particulier" de développement économique pour Amiens est en préparation, a annoncé mardi le Premier ministre Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale, après l'annonce du groupe américain Whirlpool de fermer son usine de sèche-linge dans cette ville en juin 2018.

Ce plan d'aide, préparé de concert par l'Etat et les élus locaux, doit permettre à cette ville "de trouver des occasions de développements nouveaux", a dit Bernard Cazeneuve, en réponse à une question du député PS de la Somme Pascal Demarthe sur les actions du gouvernement pour faire face à la restructuration de Whirlpool.

Le Premier ministre compte s'exprimer plus en détail sur ce plan "au cours des prochains jours" après avoir rencontré les élus locaux, a-t-il ajouté. "Non seulement nous sommes actifs et déterminés à trouver une solution durable pour les salariés et le site industriel de Whirlpool, mais nous sommes déterminés pour être aux côtés des élus d'Amiens (...) pour que demain ce bassin d'emplois connaisse un développement en raison des atouts qui sont les siens", a-t-il conclu.

P.L avec AFP