BFM Business

UPS retire son offre d'achat sur TNT Express

UPS renonce à TNT Express

UPS renonce à TNT Express - -

Le groupe de messagerie américain, découragé par les craintes de Bruxelles, renonce à racheter son rival néerlandais. En effet, la Commission européenne soupçonne des problèmes de concurrence.

UPS renonce au rachat de son concurrent TNT Express. Le groupe de messagerie américain abandonne, ce lundi 14 janvier, l'OPA amicale qu'il avait lancé sur son rival néerlandais. UPS anticipe en effet un veto des autorités de la concurrence européenne.

Ce n'est pas la première fois que Bruxelles fait capoter un deal de cette envergure. UPS était prêt à mettre plus de 5 milliards d'euros sur la table pour racheter son concurrent TNT Express. Mais la Commission européenne redoute, semble-t-il, que le rachat ne nuise à la concurrence du marché de la messagerie.

Sans l'aval de Bruxelles, impossible de finaliser l'opération. C'est aussi ce qui est arrivé à NyseEuronext et Deutsche Börse il y quelques mois. La Commission européenne s'était opposée à une fusion entre les deux places boursières par crainte d'une position de monopole sur le marché des dérivés en Europe.

Plus loin encore dans le temps, Bruxelles avait mis son veto à la fusion entre deux grands industriels français : Schneider et Legrand, c'était en 2001 et le commissaire à la concurrence s'appelait Mario Monti, le chef du gouvernement italien démissionnaire, célèbre aussi pour avoir brisé la fusion entre deux mastodontes américains : General Electric et Honeywell, au début des années 2000. A l'époque, l'opération avait pourtant été validée par les autorités américaines de la concurrence.

Simon Tenenbaum