BFM Business

Tintin: les investisseurs se ruent sur la BD

Une vignette lumineuse de Tintin exposée à la boutique du musée Hergé de Louvain-La-Neuve en Belgique

Une vignette lumineuse de Tintin exposée à la boutique du musée Hergé de Louvain-La-Neuve en Belgique - -

La bande-dessinée, un placement refuge? Un exemplaire de Tintin a été cédé pour 35 000 euros à l’occasion d’une vente aux enchères ces 17 et 18 novembre. Un record qui révèle une tendance de fond.

La bande dessinée, nouvelle cible de choix pour les investisseurs. Lors de ventes aux enchères, les exemplaires anciens et rares s'arrachent pour des prix de plus en plus astronomiques. Comme ce week-end à Drouot, où un Tintin s'est vendu plus de 35 000 euros.

Un exemplaire d'Objectif lune que son propriétaire avait eu la bonne idée de faire dédicacer par Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins, l'équipage de la première odyssée lunaire en 1969. Un peu comme l'art contemporain, la BD est devenue un investissement.

Souvent, ce sont d'abord des collectionneurs, qui se disent qu'en temps de crise, la BD est un placement pas plus mauvais qu'un autre. "Cela fait quatre-cinq ans que cela monte", explique le patron de la maison d'enchères belges Banque dessinée, qui a vendu il y a quelques mois l'un des premiers exemplaires imprimés de "Tintin chez les Soviets", pour 37 000 euros.

Les cotes ne cessent de grimper. Aux Etats-Unis surtout, les prix ont atteint des sommets. L'an dernier, le mythique Action Comics numéro 1, la première apparition de Superman dans une bande dessinée, s'est vendue à plus de deux millions de dollars. Sans parler de cet Américain qui a retrouvé dans la cave de son grand-oncle une collection comme neuve de comics des années 30 et 40, revendue aux enchères 3,5 millions de dollars.

Anthony Morel