BFM Business

Spanghero demande une procédure de sauvegarde

Pour sauver son activité et ses 300 emplois, Spanghero demande une procédure de sauvergarde.

Pour sauver son activité et ses 300 emplois, Spanghero demande une procédure de sauvergarde. - -

L'entreprise, accusée d’avoir vendu de la viande de cheval pour de la viande de bœuf, traverse des difficultés financières. La procédure de sauvegarde lui permettrait de reprendre son souffle.

L’affaire de la viande de cheval pèse lourdement pour Spanghero. L’entreprise agroalimentaire de Castelnaudry, au coeur du scandale qui ne cesse de s'étendre, demanderait au tribunal de Carcassonne d’ouvrir une procédure de sauvegarde, selon Les Echos de ce mercredi 27 février.

L’entreprise "est confrontée à des difficultés temporaires qu’elle ne peut surmonter seule", explique au quotidien Olivier Gémin, directeur général du groupe. Grâce à cette procédure, Spanghero espère "continuer son activité économique, maintenir ses 330 emplois et apurer son passif".

Une activité qui repart peu à peu

Le ministère de l'Agriculture avait suspendu l’agrément sanitaire de l'ensemble des activités de l'entreprise, ce qui a bloqué les commandes en cours. Les agréments ont été rétablis, "les clients reviennent et le volume d'activité repart peu à peu".

Spanghero a réalisé un chiffre d'affaires de 52 millions d'euros en 2012. L'entreprise est une filiale de la coopérative Lur Berri, qui possède notamment des actifs dans l'agro-alimentaire (foie gras, légumes surgelés) et dans l'abattage et la découpe de viande. Le groupe a dégagé 1 milliard d'euros de chiffres d'affaires en 2012.

Diane Lacaze