BFM Business

Servier écope de 331 millions d'euros d'amende de Bruxelles

Le laboratoire Servier, dont le siège est basé à Orléans (photos) est condamné à payer 331 millions d'euros d'amende par Bruxelles.

Le laboratoire Servier, dont le siège est basé à Orléans (photos) est condamné à payer 331 millions d'euros d'amende par Bruxelles. - -

L'Union européenne vient d'infliger, ce mercredi 9 juillet, une amende de plus de 330 millions d'euros au laboratoire Servier, accusé d'avoir usé de pratiques anticoncurrentielles sur les génériques.

La sentence est tombée, ce mercredi 9 juillet. Le laboratoire Servier s'est vu infliger une amende de 331 millions d'euros par Bruxelles pour avoir empêché le développement de générique sur un de ses médicaments. Cinq fabricants de génériques, jugés complices, ont aussi été sanctionnés.

La punition est plus lourde qu'attendu. Ce montant est trois fois supérieur à celui de l'amende reclamée au danois Lundbeck, condamné pour des faits similaires à près de 100 millions d'euros d'amende en 2013.

Les fabricants de générique payés par Servier condamnés

L'Autorité européenne de la concurrence reprochait à l'entreprise pharmaceutique d'avoir empêché l'arrivée sur le marché de générique pour sa molécule star, le périndropril, un cardiovasculaire.

"Grâce à l'acquisition de technologies et à une série d'accords amiables concernant des brevets conclus avec des concurrents fabricants de génériques, Servier a mis en oeuvre une stratégie visant à exclure ses concurrents et retarder l'entrée sur le marché de médicaments génériques meilleur marché, au détriment des budgets publics et des patients", explique la Commission dans un communiqué.

Au total, l'amende s'élève à 427,7 millions d'euros et concerne aussi Niche/Unichem, Matrix (désormais Mylan), Teva, Krka et Lupin. Selon le gendarme européen de la concurrence, le laboratoire a rémunéré ces fabricants de génériques qui s'engageaient à ne pas lancer leur médicament alternatif.

La Commission pointe également le rachat de brevets indispensables pour produire cette molécule, afin d'empêcher la concurrence de la mettre au point elle-même.

N.G. avec AFP