BFM Business

Rien ne va plus chez Casino qui s'apprêterait à vendre 20 de ses hypermarchés

Les hypermarchés Casino enregistrent depuis dix ans un recul de leur chiffre d'affaires de 34%. Et le cours de l'action Casino a lui chuté de 65% depuis 2014.

Casino est prêt à prendre des décisions radicales. Selon La Tribune Grande Conso, le groupe de grande distribution cherche à céder une vingtaine de ses hypermarchés sur les 129 qu'il exploite. C'est ce qu'aurait expliqué son président Jean-Charles Naouri à des investisseurs.

Il s'agirait de points de vente situés dans des zones où la population décroît. ils seraient chroniquement déficitaires à hauteur, en moyenne, de 2 millions d'euros par magasin. Et si depuis quelques mois, Casino semble redresser la barre en terme de part de marché par rapport à ses concurrents, "le groupe demeure le plus mauvais élève de la classe avec 6200 euros de chiffre d'affaires annuel au m² lorsque les autres dépassent les 10.000 euros", explique Olivier Dauvers, le spécialiste de la grande distribution.

Une cours de Bourse en chute libre

Mis sous pression par des fonds activistes, Casino est endetté à hauteur de 3,7 milliards d'euros et doit donc céder ses actifs non rentables. Non rentables et, qui plus est, en déclin. L'activité hypermarché du groupe Casino a fondu de plus d'un tiers ces dix dernières années. Ils réalisaient 6,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2008 contre à peine 4 milliards d'euros en 2017. 

Endetté, moins rentable que ces concurrents, Casino qui a tenté il y a quelques années une politique de relance par les prix bas subit comme tout le secteur la désaffection de ses consommateurs pour les très grandes surfaces. Les grands hypermarchés sont concurrencés par le e-commerce, le drive ainsi que le magasins de proximité qui fleurissent dans les grandes villes. Et Casino étant un des groupes de distribution les moins rentables au m², il subit plus que les autres la défiance des investisseurs. En quatre ans, le cours a dévissé de 65%. La valorisation de Casino n'est désormais plus que de 3,88 milliards d'euros, soit 220 fois moins qu'Amazon.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco