BFM Business

Quelles sont les motivations et les freins de ceux qui revendent leur cadeau de Noël?

Rakuten, la plateforme e-commerce de produits neufs et d'occasion recense depuis ce matin une augmentation de 35 % de la mise en vente de cadeaux par rapport à l'an passé.

Rakuten, la plateforme e-commerce de produits neufs et d'occasion recense depuis ce matin une augmentation de 35 % de la mise en vente de cadeaux par rapport à l'an passé. - GREG WOOD-AFP

Un Français sur 2 se dit prêt à revendre un cadeau de Noël car celui-ci ne leur plaisait pas (45%) ou qu'ils ne lui trouvaient aucune utilité (39%). D'autres ne passent pas à l'acte à cause de scrupules (42%) ou car ils ont préféré le donner (35%) ou trouvent compliqué de le revendre (20%), selon une étude Rakuten/Opinion Way.

Les cadeaux de Noël non désirés ou mal choisis sont souvent revendus en ligne en France, au grand profit de certaines plate-forme d'e-commerce. L'une d'entre elles, Rakuten (ex Price Minister), qui a constaté dès hier, jour de Noël une hausse de 35% de la mise en vente de cadeaux en un an, a voulu savoir qu'elles étaient les motivations de ceux qui sont passés à l'acte en 2018.

Selon une étude réalisée par OpinionWay pour Rakuten entre le 27 et 28 novembre 2019 auprès d’un millier de Français, un Français sur deux se dit prêt à revendre un ou plusieurs cadeaux de Noël. Ils sont ainsi 52% des revendeurs effectifs à déclarer mettre en vente leur(s) cadeau(x) dans un délai maximum d'un mois suivent Noël.

Parmi les cadeaux les plus remis en vente arrivent en tête les jeux et jouets (x2 par rapport à une période classique), les jeux vidéo (x2 par rapport à une période classique) et les smartphones (x3 par rapport à une période classique).

-
- © Les Français(es) et la revente des cadeaux de Noel. Enquête OpinionWay pour Rakuten.

La première raison invoquée pour passer à l'acte (cf infographie ci-dessus) est que le cadeau ne plaisait pas (45%), suivi par le manque d'utilité trouvée au présent offert (39%). D'autres préfèrent le revendre plutôt que de le jeter (26%) ou parce qu'ils ont reçu le cadeau en double (23%). Le besoin d'argent (14%) ou la préférence pour s'acheter à la place un cadeau qui leur fasse vraiment plaisir (14%) arrivent à égalité chez les Français sondés.

Si la revente reste bien entendue très majoritairement une pratique discrète par égard vis-à-vis de celui qui a offert le cadeau, les revendeurs sont quand même 19% à se déclarer prêts à avouer avoir revendu leur cadeau à la personne qui le leur a offert. Le résultat suivant de l'enquête semble leur donner raison: un tiers des Français interrogés déclarent qu'ils se montreraient compréhensifs s'ils apprenaient que le cadeau qu'ils ont offert à Noël était revendu même si 86% des personnes sondées n'imaginent pas que leur(s) cadeau(x) puisse être revendu...