BFM Business

Prothèses dentaires: Macron veut plus de transparence sur les prix

Les actes de prothèses représentent plus de la moitié des revenus des chirurgiens-dentistes

Les actes de prothèses représentent plus de la moitié des revenus des chirurgiens-dentistes - Philippe Huguen - AFP

Le ministre de l'Economie a annoncé, dimanche 9 novembre, que les chirurgiens-dentistes seront désormais obligés d'inscrire sur leur devis le prix d'achat des prothèses qu'ils proposeront ensuite aux patients. Le but est de faire la lumière sur des tarifs qui connaissent d'importants écarts.

Emmanuel Macron veut davantage de transparence sur les prix des prothèses dentaires. Le ministre de l'Economie a annoncé dimanche 9 novembre sur le plateau de Capital une mesure qui risque de faire grincer des dents les chirurgiens-dentistes.

Ces derniers seront désormais obligés d'indiquer sur leur devis le prix d'achat des prothèses qu'ils facturent ensuite à leur patient. La mesure voulue par le ministre de l'Economie sera intégrée dans son futur projet de loi pour l'activité.

De forts écarts de tarifs

Les tarifs des prothèses dentaires sont actuellement fixés librement par les professionnels, ce qui peut aboutir à d'importants écarts. Le prix d'une couronne céramo-métallique pouvait ainsi aller de 485 euros à près de 700 euros en 2010, selon une enquête du magazine 60 millions de consommateurs.

Or cette couronne est vendue entre 120 et 150 euros aux dentistes si elle fabriquée en France, et 40 à 70 euros, si le travail est sous-traité en Chine ou au Maroc, indiquait le magazine. 

La proposition d'Emmanuel Macron vise donc à faire la lumière sur ces tarifs. Elle risque néanmoins de faire débat car les chirurgiens-dentistes sont farouchement opposés à la mesure.

L'initiative signerait ainsi "la mort de la prothèse française, car il serait impossible de concurrencer les prix asiatiques", expliquait Catherine Mojaïsky, la présidente de la CNSD (Confédération nationale des syndicats dentaires) au Figaro le 15 octobre dernier.

Plus de la moitié des honoraires des dentistes

C'est que les dentistes défendent leur principale source de revenus. Dans une étude datée d'août 2013, la DREES expliquait que les actes de prothèses dentaires représentaient, en 2008, plus de la moitié des honoraires perçus par l'ensemble des chirurgiens-dentistes en France. En moyenne, un professionnel de ce secteur percevait ainsi 227.000 euros d'honoraires dont 139.000 euros liés aux actes de prothèses.

Plus globalement, le marché des prothèses dentaires représentaient 5 milliards d'euros de dépenses en 2012, toujours selon une étude de Santéclair de novembre 2013. Mais ces dépenses sont très mal remboursées par la Sécu. Sur ces 5 milliards d'euros, seulement 1 milliard d'euros avait été prises en charge par la Sécurité sociale. En moyenne, le reste à charge pour le patient s'élevait ainsi à 290 euros par acte de prothèse, ajoutait l'étude.

Julien Marion