BFM Business

Pourquoi vous risquez de ne plus trouver de Coca-Cola chez Intermarché

Selon un document interne révélé par LSA, Coca-Cola aurait décidé d'arrêter la livraison de ses produits aux magasins Intermarché et Netto en raison d'un désaccord commercial.

Les boissons du groupe Coca-Cola (Coca-Cola, Fanta, Sprite, Fuzetea, Honest, Tropico, Caprisun et Monsteur) pourraient bientôt disparaître des rayons des magasins Intermarché et Netto. En cause, un désaccord commercial entre l’industriel et le distributeur. Dans une note interne révélée par LSA, Thierry Cotillard, président d’ITM Alimentaire, assure que "le fournisseur Coca-Cola a décidé unilatéralement d’arrêter de livrer Intermarché et Netto sur l’ensemble de ses gammes".

Selon lui, la multinationale voudrait "contraindre par tous les moyens" Intermarché à "détenir une gamme 2020" que le distributeur ne souhaite pas. "Nos clients souhaitent en effet des produits plus sains pour préserver leur santé dans le long terme. Ils arbitrent également en défaveur des produits qui ont un impact négatif sur l’environnement, délaissant de plus en plus les contenants en plastique et privilégiant les aliments peu transformés, issus de filières agricoles locales", justifie-t-il.

Thierry Cotillard affirme en outre avoir prévenu "dès cet été" les industriels de sa volonté de "réduire la place de certains sodas en faveur des produits qui incarnent les nouvelles tendances, plus saines, moins sucrées".

"La société Coca-Cola a donc été informée très en amont et dans les règles, d’une réduction de ses gammes, en particulier les colas. Nous sommes jusqu’à preuve du contraire, libres de nos choix d’assortiments, à partir du moment où nos fournisseurs sont prévenus suffisamment à l’avance", poursuit-il.

"Coca-Cola abuse de sa position dominante"

Seulement voilà, Coca-Cola n’aurait pas accepté de voir sa gamme réduite dans les rayons d’Intermarché et Netto. D’où sa décision d’arrêter brutalement la livraison de ses produits. "Coca-Cola abuse de sa position dominante dans le but de nous contraindre à détenir l’ensemble de ses produits", estime encore le patron du groupe de distribution. "Cette démarche vise en réalité à restreindre l’accès aux linéaires Intermarché & Netto des nouveaux produits, souvent fabriqués par des PME, que nous souhaitions référencer dès le cadencier de janvier à la place des Colas", martèle-t-il.

Dénonçant la tentative de Coca-Cola de "faire plier" son groupe, Thierry Cotillard dit ne "pas accepter de telles méthodes". "Nous n’acceptons pas qu’une multinationale entrave nos convictions, bafoue nos valeurs d’indépendance, fasse obstacle à notre liberté en termes de choix d’assortiments, au risque de faire ‘jurisprudence’ auprès de grands groupes", conclut-il, ajoutant qu’il était prêt à engager une "action judiciaire" pour "dénoncer les agissements de cet industriel".

Paul Louis