BFM Business

Pour Nike la basket imprimée en 3D c'est pour très bientôt

Des Nike à télécharger et à imprimer chez soi ou en magasin, voilà le futur proche de la marque.

Des Nike à télécharger et à imprimer chez soi ou en magasin, voilà le futur proche de la marque. - Nike

Lors d'une conférence, Eric Sprunk, le numéro 2 de Nike, a assuré qu'à l'avenir les clients fabriqueraient eux-mêmes leurs chaussures de sport à domicile grâce à une imprimante 3D.

Acheter une paire de Nike va-t-il devenir aussi simple que télécharger un MP3? Si l'idée peut surprendre, elle n'a rien de farfelue et pourrait même rapidement devenir une réalité. C'est en tout cas ce qu'estime Eric Sprunk, le directeur opérationnel de l'équipementier américain. Lors d'une conférence il a ainsi donné sa vision du futur -pas si lointain- de la chaussure de sport.

"Doit-on envisager un avenir dans lequel Nike posséderait le fichier qu'il pourrait partager lui-même sur internet afin que les clients fabriquent eux-mêmes ou dans un magasin proche leurs chaussures de sport? Oui bien sûr et c'est pour dans pas très longtemps", a-t-il expliqué. Et s'il n'a pas donné de date précise, il a donné des pistes sur la façon dont cela pourrait se passer pour les clients. Et cela ressemble fortement à la façon dont on consomme des contenus numériques (musique, vidéo, livre...) sur le web.

Des Nike tricotées sur votre pied

Concrètement, l'acheteur du futur n'aura qu'à se rendre sur le site de Nike, customiser à loisir sa paire de basket, acheter le fichier et le télécharger. Ce dernier contiendra les instructions qui guideront l'imprimante 3D du particulier pour la confection de ses chaussures. 

Et si la marque est si confiante quant à la faisabilité d'un tel projet c'est qu'elle l'expérimente déjà de manière industrielle avec ses modèles Flyknit dont le dessus est fait de mailles. "Elles sont littéralement tricotées sur votre pied par la machine", explique Eric Sprunk. Alors qu'auparavant, Nike envoyait ses instructions à des manufactures chinoises (dessins, échantillons de tissus et toutes sortes d'informations sur la forme et les technologies à intégrer), désormais, elle se peut envoyer un fichier numérique qui contient les instructions à suivre par la machine Flyknit.

Les Nike Flyknit avec leur dessus "tricoté"
Les Nike Flyknit avec leur dessus "tricoté" © -

Il n'empêche, si ce futur de la basket a de quoi faire rêver les fans de la marque, il y a tout de même un écueil et des perspectives inquiétantes pour celle-ci. L'écueil c'est celui de la technologie 3D qui ne suscite pas un engouement massif de la part du grand public. Il devrait se vendre à peine 200.000 imprimantes cette année dans le monde et il s'agit pour l'essentiel de modèles très basiques qui ne produisent que des gadgets en plastique. Amusant certes mais pas de quoi produire une chaussure de sport (ou alors pas très confortable). Or les modèles complexes d'imprimantes 3D capables de créer des objets à partir de matières plus complexes comme le textile restent réservées aux industriels.

Mais si on admet que la technologie se démocratise et se développe, les perspectives pourraient ne pas être si heureuses pour Nike. Le fabricant pourrait connaître le même sort que les éditeurs de contenus (musique, vidéo...) avec du téléchargement illégal, des plateformes de peer-to-peer où s'échangeraient des fichiers Nike gratuitement etc. Un bouleversement majeur dans la propriété intellectuelle industrielle. Bref, en mettant un pied dans le numérique, Nike pourra certes réduire drastiquement ses coûts (plus d'usines, de transport, de logistique...) mais peut-être à terme aussi ses revenus...

La conférence (en anglais) dans laquelle le directeur opérationnel parle du futur de Nike:

Frédéric Bianchi