BFM Business

Picard est à vendre

L'enseigne Picard, détenu par le fonds d'investissement Lion Capital, est à vendre. Son PDG souhaiterait qu'un distributeur le rachète.

L'enseigne Picard, détenu par le fonds d'investissement Lion Capital, est à vendre. Son PDG souhaiterait qu'un distributeur le rachète. - Joel Saget - AFP

Le champion français du surgelé serait sur le point d'être mis en vente, selon Les Echos ce 25 novembre. Le patron du groupe voudrait s'adosser à un distributeur, annonçait-il sur BFM Business, la semaine dernière.

L'enseigne préférée des Français pourrait encore changer de main. Plusieurs sources, citées par les Echos de ce mardi 25 novembre, confirment ainsi que le propriétaire de la marque au flocon envisage une cession, ou à tout le moins une ouverture du capital.

La société d'investissement Lion Capital, qui détient Picard depuis 2010 après l'avoir racheté 1,5 milliard d'euros à plusieurs fonds, aurait d'abord pensé à une introduction en bourse. Mais les perturbations des marchés à l'automne l'en auraient dissuadé.

"Un fonds d'investissement, au bout de 5-6 ans de détention, commence à réfléchir à une sortie et à faire une plus-value", confirme un spécialiste du dossier. "Sachant que Lion Capital possède Picard depuis 4 ans, cela vous donne une idée du temps que va prendre la cession".

Un géant mondial de la distribution pour exporter Picard

Reste à trouver un acteur qui a les moyens de se payer un actif d'aussi bonne qualité. La marque créée en 1906, qui emploie 4.500 salariés, a généré 1,4 milliard de chiffre d'affaires en 2013. Une entreprise qui "va très très bien, continue d'investir, s'internationalise", poursuit cette source.

Pourquoi pas un grand distributeur? C'est l'option que préfèrerait Philippe Pauze, le PDG de Picard, "à titre personnel", expliquait-il le 20 novembre 2014 dans Good Morning Business. Un géant mondial qui pourrait aider la marque à conquérir le monde. "Si l'on veut aller plus vite et plus loin dans des pays où l'on n'est pas présent, si l'on peut travailler avec un actionnaire qui peut nous aider dans le développement plus rapide et moins artisanal que ce que nous faisons aujourd'hui, pourquoi pas?", indiquait-il.

250 à 300 ouvertures en France

Cette stratégie a marché pour son implantation récente au Japon. Le distributeur de produits surgelés, présent en Belgique, en Suède, au Luxembourg, bientôt en Suisse, a annoncé son arrivée sur l'archipel en septembre. Il s'y est justement installé dans le cadre d'un accord avec le géant nippon de la distribution Aeon.

Dans un premier temps, les surgelés Picard sont distribués dans les linéaires de ses magasins. Un moyen de "tester l'appétit des japonais pour nos produits", expliquait Philippe Pauze. Mais le champion français compte bien, à terme, ouvrir ses magasins en propre, peut-être "en 2016 au Japon, et en Asie par la suite", soulignait-il.

Quoi qu'il en soit, l'avenir de Picard ne se joue pas uniquement à l'étranger. L'enseigne préférée des Français, qui dispose de 920 magasins dans l'Hexagone et en inaugure une trentaine par an, compte y ouvrir entre 250 et 300 dans les années à venir. 

Nina Godart