BFM Business

Pénurie de Coca-Cola chez Leclerc

Un stock de canettes de Coca Cola dans l'usine française de Grigny (Ile-de-France)

Un stock de canettes de Coca Cola dans l'usine française de Grigny (Ile-de-France) - Eric PIERMONT / AFP

Les bouteilles et les canettes de la marque de soda sont de plus en plus rares dans les hypermarchés E.Leclerc. En cause, "un désaccord avec le fournisseur Coca-Cola", explique le distributeur.

Que se passe-t-il entre E.Leclerc et Coca-Cola? Alors que les négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs se sont achevées le 1er mars dernier, le géant des sodas et le distributeur n’ont semblent-ils pas réussi à se mettre d’accord. Résultat: de moins en moins de bouteilles et canettes de Coca-Cola dans les rayons E.Leclerc, voire des ruptures totales de stocks, sont signalées par de nombreux internautes. 

En lieu et place des bouteilles rouges, des affichettes indiquent: 

“Chers clients en raison d’un désaccord avec le fournisseur Coca-Cola qui souhaite augmenter significativement le prix de ses produits en 2018, l’enseigne E. Leclerc n’a pu trouver d’accord avec ce fournisseur et présente ses excuses pour les ruptures constatées sur ces produits.”

Même constat dans les nombreux drives en ligne de l’enseigne qui indiquent les produits de la gamme Coca-Cola comme “bientôt disponibles”

Capture d'écran d'un drive E.Leclerc le 12 avril 2018
Capture d'écran d'un drive E.Leclerc le 12 avril 2018 © -

Du côté des deux entreprises, c’est silence radio. Contacté, E.Leclerc indique ne pas souhaiter communiquer sur la situation. Même son de cloche chez Coca-Cola qui “ne communique jamais sur les négociations commerciales”. 

Ces pénuries sur certaines références de la gamme remontent au mois dernier. Comme l’avait repéré début avril, le spécialiste de la distribution Olivier Dauvers, E.Leclerc a dès le mois de mars fortement baissé le prix du Coca-Cola en rayon. Affichant un prix “hors-norme”, selon l'expert, de 1,15 euros pour la bouteille de 1,5 litres, quand le produit est habituellement vendu autour de 1,30-1,40 euro. Une façon comme une autre de faire pression sur son fournisseur. 

E.Leclerc va-t-il pouvoir se passer longtemps d’une marque phare comme Coca-Cola? Certains consommateurs s’en plaignent en tout cas sur les réseaux sociaux. Mais E.Leclerc n’en est pas à son coup d’essai en la matière. En 2011, les produits du groupe Lactalis, comme le camembert Président, le roquefort Société, la mozzarella Galbani ou encore le lait Lactel, avaient disparu des rayons suite à un différend commercial du même genre. Ils avaient finalement fait leur retour chez E.Leclerc, un an plus tard. 

En attendant et n’obtenant pas le prix désiré, E. Leclerc aurait trouvé une porte de sortie selon des informations du Parisien. Il aurait décidé de s’approvisionner non plus auprès de auprès Coca-Cola European Partners, qui s’occupe du marché de 13 pays de l’Europe de l’Ouest, mais d'un autre fournisseur, implanté dans un pays de l’Est. En témoigne des bouteilles de Coca Cola aux bannières étrangères aperçues dans certains magasins. 

Anne-Katell Mousset