BFM Business

Pas de "taxe Nutella" promet Jean-Marc Ayrault

La "taxe Nutella", souhaitée par le Sénat, avait finalement été abandonnée.

La "taxe Nutella", souhaitée par le Sénat, avait finalement été abandonnée. - -

Le Premier ministre a profité de sa visite en Malaisie, le 29 juillet, pour affirmer que le gouvernement n'instaurerait pas de taxe sur l’huile de palme. La France en consomme quelques 126.000 tonnes par an.

La France ne reviendra pas sur l’instauration d’une taxe Nutella. Jean-Marc Ayrault a tenu à rassurer les producteurs d’huile de palme, lors de sa visite en Malaisie, lundi 29 juillet. "Il faut éviter les malentendus: la France n'est pas hostile à l'huile de palme", a affirmé le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

En novembre dernier pourtant, des sénateurs avaient présenté un amendement au projet de budget de la Sécurité Sociale, baptisé "taxe Nutella" pour taxer l’huile de palme.

Cette dernière, dont l’usage alimentaire est très répandu, est accusée de favoriser l’obésité et la déforestation pour son exploitation. L’amendement avait finalement été rejeté.

Pas de taxe, mais un étiquetage

"Cette proposition parlementaire n'a pas été suivie ni soutenue par le gouvernement. Donc il n'est pas du tout envisagé une pénalisation fiscale de l'huile de palme", a insisté Jean-Marc Ayrault.

Toutefois, il a rappelé que "dès l'année prochaine, il va y avoir une réglementation européenne qui rendra obligatoires les indications du nom des huiles utilisées", dont l'huile de palme.

La Malaisie est le deuxième producteur mondial d’huile de palme, derrière l’Indonésie. Les deux pays assurent 85% de la production mondiale, dont les cours ont triplé ces dix dernières années. De son côté, la France consomme en moyenne 126.000 tonnes d’huile de palme alimentaire par an, soit 2kg par habitant et par an.

Les déclarations de Jean-Marc Ayrault devaient rassurer la Malaisie sur les intentions de la France, alors que des contrats de défense sont en négociations. La Malaisie doit en effet renouveler sa flotte d'avions de combat, et Dassault est sur les rangs avec son Rafale.

A.D. avec AFP