BFM Business

Michel-Edouard Leclerc: les clients ont eu "des comportements inédits" pendant le confinement

Michel-Edouard Leclerc

Michel-Edouard Leclerc - BFMTV

Etalement des courses sur la semaine, succès du drive, augmentation de la clientèle masculine dans les magasins... Invité sur RMC et BFMTV ce jeudi, le patron de l'enseigne de grande distribution a détaillé les nouvelles habitudes de consommation des Français pendant le confinement.

La période de confinement aura bousculé les habitudes de consommation des Français. Invité ce jeudi sur RMC et BFMTV, Michel-Edouard Leclerc a pointé "des comportements inédits" observés dans les enseignes de grande distribution depuis plus d'un mois et demi maintenant. 

Il y a d'abord eu "la période de rush avec pas mal d'incivilités et du surstockage de produits d'épicerie sèche qui étaient au fond tous les produits dont on avait dit qu'ils n'étaient pas extra pour la santé", a indiqué le PDG de Leclerc, évoquant les "produits transformés industriels". "Tout cela a été stocké et ça a constitué le chiffre d'affaires des groupes de distribution alimentaire pendant les trois ou quatre jours de rush avant le confinement", a-t-il précisé.

"Les hommes sont venus faire les courses"

Après cette phase de suractivité, "on a vu des changements assez radicaux", a encore détaillé le dirigeant. "Par exemple presque autant d'hommes que de femmes viennent faire des courses. Parce que les distributeurs ont essayé de faire passer la règle 'une personne, un caddie'. On a bien vu qu'il y a eu un tour de rôle", a-t-il ajouté. Et d'ironiser: "C'est assez nouveau, les hommes sont venus faire les courses". 

Autre bouleversement observé pendant le confinement: l'étalement des courses sur la semaine. "Il n'y a plus ces à-coups le samedi matin. Avant la crise, (le samedi) c'était l'équivalent de deux journées entières de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, le samedi est un jour comme les autres", a affirmé Michel-Edouard Leclerc. Même chose pour le lundi "qui était un jour creux où on remplissait le magasins plus qu'on ne faisait de vente" et qui est lui aussi devenu "un jour comme les autres". 

Enfin, le PDG de Leclerc a souligné le succès fulgurant des formules nouvelles comme le drive, le drive piéton ou la vente à domicile. Le service du drive a notamment enregistré des "explosions de chiffre d'affaires de 40 à 80%" dans certains centres Leclerc. "Ce qui était un phénomène nouveau en France est devenu quelque chose auquel les Français sont accros", a assuré le dirigeant. 

Paul Louis