BFM Business

Marisol Touraine "favorable à une augmentation des prix" du tabac

Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, était l'invitée de BFMTV et RMC.

Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, était l'invitée de BFMTV et RMC. - -

La ministre des Affaires sociales était l'invitée de BFMTV et RMC, ce mercredi 30 avril. Elle est revenue sur les 10 milliards d'économies dans le domaine de la santé, et s'est prononcée en faveur de nouvelles hausses de prix du tabac.

Les fumeurs vont peut-être devoir une énième fois passer à la caisse. C'est en tout cas la volonté de Marisol Touraine, qui s'est prononcé "en faveur d'une augmentation des prix" du tabac dans les prochains mois.

Invitée de BFMTV et RMC, la ministre des Affaires sociales et de la Santé a toutefois précisé que cela devrait s'accompagner d'une campagne de communication un peu plus "trash" que les précédentes. Elle s'est également déclarée favorable à l'interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics tels les gares ou aéroports.

"Pas d'affaiblissement de la prise en charge"

La ministre a également évoqué le plan d'économies défendu par Manuel Valls, qui impactera le secteur de la santé à hauteur de 10 milliards d'euros. Affichant sa volonté de "rassurer les Français", elle a assuré qu'il n'y aurait "pas d’affaiblissement de la prise en charge de nos concitoyens. Il n’y aura pas de déremboursement, pas de franchise, de forfait, etc."

Elle a défendu le travail accompli depuis l'arrivée au pouvoir des socialistes: "depuis deux ans, le déficit de l’assurance maladie a été réduit. Des efforts ont été demandés aux hôpitaux et professionnels de santé, ils produisent des résultats. Le tout sans remettre en cause la qualité de la prise en charge", a-t-elle déclaré.

Le médicament à l'unité bientôt expérimenté

Marisol Touraine a, en outre, confirmé que le gouvernement travaillait "avec l’industrie pharmaceutique à des baisses de prix. Ce qui est important, c’est de pouvoir financer l’innovation. Mais cela suppose que nous payons moins cher des médicaments qui sont sur le marché depuis plus longtemps".

C'est d'ailleurs dans ce cadre que sera lancée une expérimentation du médicament à l'unité. "Nous travaillons à cela avec les pharmaciens. Plusieurs régions vont accepter l’expérimentation, dont l’Ile-de-France", a précisé la ministre.

Y. D.