BFM Business

Marc Simoncini: "les magasins d'optique vont être obligés de faire des prix justes"

Marc Simoncini était l'invité de BFM Business, ce mardi 17 décembre.

Marc Simoncini était l'invité de BFM Business, ce mardi 17 décembre. - -

Le fondateur de Meetic et de Sensee était l'invité de BFM Business, ce mardi 17 décembre. Il est revenu sur la libéralisation du marché de l'optique qui, il l'espère, devrait permettre aux acteurs en ligne de capter 10% du marché des lunettes.

Le marché de l'optique connaît une évolution majeure. Deux amendements au projet de loi sur la Consommation, votés par les députés lundi 16 décembre, proposent ainsi de libéraliser le marché.

Invité de BFM Business ce mardi 17 décembre, Marc Simoncini, le fondateur de Meetic et de Sensee, un opticien en ligne, a estimé que "ce qui change, c'est que la loi régule le marché. On était dans un cadre absolument dérégulé. Aujourd'hui il n'y a aucune contrainte à la vente de lunettes online".

Marc Simoncini voit ainsi plutôt d'un bon œil cette loi, lui qui "s'était donné 10 ans pour attaquer" ce secteur. Mais le fondateur de Sensee a prévenu: " l'optique c'est spécifique. L'immense majorité des gens continuera d'acheter ses lunettes en magasin, à terme. A peu près 10% des gens pourront acheter leur lunette sur Internet. Il ne s'agit donc pas de remplacer les opticiens en magasin".

"On va donner la transparence totale sur les prix"

Il s'est étonné ainsi qu'avec "un simple objectif de 10% de part de marché on a déclenché une telle hostilité de la part des magasins et des grandes chaînes".

Mais Marc Simoncini va , en fait, apporter lui-même la réponse à sa propre question. "La révolution c'est qu'on va donner la transparence totale sur les prix".

"L'optique c'est les télécoms au cube. Il est impossible de comparer deux paires de lunettes, les verres ont des références dans tous les sens, il y a des milliers de références différentes", a-t-il indiqué.

"Maintenant si on va sur Internet, on va trouver une monture, des verres on va comparer les prix en magasin et on va se rendre compte que cela est deux fois ou trois fois moins cher", a-t-il poursuivi.

Les mutuelles, "ni un allié, ni un obstacle"

"Donc les consommateurs vont pouvoir acheter les lunettes au juste prix dans les magasins ce qui va obliger ces derniers à faire de justes prix". Or, "la vérité sur les prix ce n'est jamais bon quand ont détient 100% d'un marché à quelques acteurs", a affirmé Marc Simoncini.

Il a par ailleurs estimé que "les mutuelles ne sont ni un allié ni un obstacle". Il a toutefois indiqué que "son pari est que les lunettes seront beaucoup moins bien remboursées par les mutuelles, car le reste à charge porte sur les vrais soins. Je veux bien que les lunettes soient des dispositifs médicaux mais dans ce cas je ne vois pas bien pourquoi c'est Adriana Karembeu qui les vend".

J.M.