BFM Business

ManoMano lève 60 millions d'euros pour mieux satisfaire les bricoleurs

-

- - Philippe de Chanville, cofondateur de ManoMano, sur BFM Business.

La place de marché pour le bricolage et le jardinage veut recruter une centaine de personnes dans les 12 mois à venir. Objectif: développer la R&D pour faciliter les recherches des acheteurs lorsqu'ils ignorent quel article acheter parmi les 1,2 million de références du site.

Quel foret acheter pour percer du béton? Pour déplacer l'évacuation de ma machine à laver, de quels raccords ai-je besoin? Ce genre de questions, les vendeurs de magasins de bricolage y répondent quotidiennement. Mais sur internet, cet aspect de conseil semble plus difficile à assurer. Pourtant, la place de marché spécialisée dans le bricolage et le jardinage ManoMano en a fait son cheval de bataille. Elle vient de lever 60 millions d'euros auprès d'investisseurs existants, dont le fonds public Bpifrance, mais aussi auprès du fonds américain General Atlantic, qui prendra un siège au conseil d'administration de ManoMano.

Des géants du bricolage en retard sur le net

Depuis son lancement, voici quatre ans, le site de commerce n'a cessé de croître. 1,2 million de produits y sont désormais référencés et 2 millions de clients répartis dans cinq pays européens y ont acheté au moins une fois quelque chose. Une croissance qui a de quoi faire rêver les acteurs du secteur comme Bricorama, Leroy-Merlin ou Castorama. "Les géants ne s'étaient pas lancés dessus, probablement car il est difficile d'adapter les prix des magasins aux prix web. D'autres industries ont su le faire, le bricolage se réveille un peu après", met en avant Philippe de Chanville, cofondateur de ManoMano, sur BFM Business.

"Avant d'être une place de marché, nous sommes une boîte techno. Notre objectif c'est d'avoir des algorithmes qui permettent de conseiller le client (…). Nous faisons énormément de R&D. Plus de la moitié de nos salariés sont des techniciens qui font de la recherche pour apporter des solutions techniques aux clients en terme de conseils", met-il en avant.

Renforcer les algorithmes

"Par exemple quand vous avez un choix de 200 perceuses pour retrouver la bonne il faut être capable d'analyser les 200 descriptifs produits et de dire pour chaque personne en fonction de ses besoins le modèle qui va être le plus adapté. C'est vrai en plomberie comme en électricité", poursuit-il.

L'entreprise va effectuer plus de cent recrutements dans les douze prochains mois. "ce sera uniquement des développeurs, des data-scientist et data-ingenieur pour traiter des millions de produits de manière automatisée et d'apporter au client ce conseil personnalisé", précise Philippe de Chanville.

ManoMano veut aussi renforcer la proximité avec les industriels du bricolage en développant des services pour les marques. "Aujourd'hui on parle de la distribution mais les premiers acteurs ce sont les industriels qui produisent. Et ils ne connaissent pas le web. Ils sont ravis d'avoir accès avec nous au marché et aux clients et toute la data qui va avec et ainsi que les prix. Ils vendent en direct à travers nous", conclut-il.

C.C.